BFMTV

Emily Ratajkowski se sent "sexy" avec des poils sous les aisselles

Emily Ratajkowski en juin 2016 au Chateau Marmont à Los Angeles.

Emily Ratajkowski en juin 2016 au Chateau Marmont à Los Angeles. - Frederick M. Brown / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

Dans un texte écrit pour Harpers Bazaar, la mannequin explique l'importance de ce geste jugé féministe.

Emily Ratajkowski pose dans les pages de Harpers Bazaar en sous-vêtements noirs, affichant sans complexe ses poils sous ses aisselles. Dans un texte écrit pour la revue, la mannequin explique l'importance de ce geste féministe: "Dans la vie de tous les jours, j'aime raser, mais parfois, en laissant pousser mes poils, je me sens sexy."

"Si je décide de raser mes aisselles ou de laisser pousser mes poils, c'est ma décision", ajoute-t-elle encore dans ce texte. "Pour moi, les poils sont une autre opportunité pour les femmes d'exercer leur capacité à choisir - un choix fondé sur la manière dont elles veulent être."

"Il n'y a pas de mauvaise réponse ou de choix qui me rend plus ou moins féministe, ou qui fait de moi une 'mauvaise féministe', pour citer Roxanne Gay", ajoute Emily Ratajkowski. "Du moment que c'est mon choix, c'est le bon choix. L'identité et la sexualité d'un individu est sa décision et non celle des autres."
Emily Ratajkowski
Emily Ratajkowski © Michael Avendon / Via Harpers Bazaar

Être sexy et avoir des convictions politiques

Révélée par le clip Blurred Lines de Robin Thicke et Pharrell Williams, la jeune femme très engagée politiquement a toujours revendiqué son droit à se dénuder: "Notre société n’admet pas qu’une femme puisse être sexy, sûre d'elle et avoir des convictions politiques." La star des réseaux sociaux compte notamment Marlène Schiappa parmi ses soutiens: 

"Je trouve cela toujours incroyable, les gens qui délivrent des brevets de féminisme. C'est quelque chose qui m'a toujours époustouflée. Et le fait de lui dire qu'elle n'a pas le droit à la fois de poster des photos d'elle en string sur Instagram et de mener un combat pour l'émancipation des femmes... je ne vois pas au nom de quoi."
Jérôme Lachasse