BFMTV

Tensions, froid et foie de bison...: tout ce qu'il faut savoir sur le tournage extrême de The Revenant

Film épique au tournage homérique (ou l'inverse),The Revenant sort dans les salles françaises ce mercredi. Voici quelques infos croustillantes sur le making of.

The Revenant est "plus qu'un film, un voyage épique", selon les mots de Leonardo DiCaprio, qui en a plus bavé sur le tournage que Bear Grylls dans tous les épisodes de Man vs Wild. Si le film ne l'est pas, du moins le tournage l'a été.

Car les producteurs de The Revenant ont entièrement axé la communication sur la performance de son acteur et sur les conditions du tournage. Trop de froid, pas assez de neige, des tensions, un tournage qui n'en finit pas. Aucun détail ne nous a été épargné. Alors que le film sort dans les salles françaises, ce mercredi 24 février, nous vous livrons une dernière dose de foie de bison cru. 

> La débâcle

Leonardo DiCaprio est ultra concerné par l'environnement et fait bien plus que rouler en Prius. Le tournage de The Revenant a d'ailleurs été affecté par le réchauffement climatique.

Alors que l'équipe avait commencé à tourner au canada, la neige s'est mise à fondre. "La neige fondait sous nos yeux, a ainsi expliqué Alejandro González Iñárritu à Grantland.com. Nous avons souffert de la hausse de température mondiale. Là où on devait tourner notre scène de fin, il devait y avoir de la neige, mais à la place, il y avait des abeilles... On a dû s'arrêter". Le tournage a alors dû reprendre... en Argentine.

> Un tournage fleuve

Neuf mois de tournage ont été nécessaires pour réaliser The Revenant, uniquement tourné en lumière naturelle et sans effets spéciaux. "C'est exactement ce que je ne voulais pas, s'est justifié l'intransigeant Alejandro Inarritu. On aurait pu tout tourner devant un fond vert, avec une tasse de café, cela aurait été plus agréable pour tout le monde. Mais le film aurait été une grosse merde".

> Le froid

Avant que la neige ne fasse défaut au Canada, il a fait froid. Très froid. Alors que le thermomètre flirtait avec les -25°C, "tout le monde était gelé, l’équipement se cassait. Déplacer la caméra d’un endroit à un autre était un cauchemar", évoque encore Inarritu, ils devaient être nombreux à regretter le fond vert à Los Angeles.

> Foie de bison...

Leonardo DiCaprio, qui est végétarien et ne consomme que des mannequins bio, a dévoré pour le film un foie de bison cru. "Le foie de bison cru n'est pas vraiment mon ordinaire, a-t-il plaisanté. Quand vous verrez le film, vous verrez ma réaction, parce que Alejandro l'a conservée. C'est assez parlant. C'est une réaction instinctive".

Pas avare de détails, DiCaprio a beaucoup parlé dans les médias de cette histoire de foie cru, pour que tout le monde comprenne bien qu'il en avait vraiment mangé. Expliquant par exemple que "la partie dégoûtante, c'est la membrane autour. C'est comme un ballon. Quand vous mordez dedans, ça explose dans la bouche". Pour Winter's Bone, Jennifer Lawrence avait appris à dépecer un écureuil, elle n'en avait pas fait tout un fromage.

> Et carcasses d'animaux

"Je peux vous parler de 30 ou 40 scènes, qui ont été les plus difficiles à tourner, a également confié l'acteur. Que ce soit entrer et sortir de rivières gelées, dormir dans des carcasses d'animaux ou ce que j'ai dû manger... Et puis j'avais froid, j'étais constamment proche de l'hypothermie". Si c'est Michael Fassbender qui a l'Oscar, Leonardo DiCaprio regrettera amèrement d'avoir refusé Steve Jobs pour tourner The Revenant.

> Leo, bilingue indien

Moins pénible, mais sans doute très compliqué, DiCaprio a appris pour le film deux langues des Indiens d'Amérique (les "native Americans"), le pawnee et le Arikara.

> Beaucoup de maquillage

Rassurez-vous, les engelures et autres cicatrices qu'arbore Leonardo DiCaprio ne sont pas réelles. L'acteur n'a pas été blessé pour de vrai pendant le tournage. En revanche, il a été maquillé pendant cinq heures. Peut-être en profitait-il pour potasser ses cours de Pawnee.

> Des conflits et un t-shirt

Tom Hardy, qui a remplacé au casting Sean Penn, occupé par un autre film, ne s'est pas très bien entendu avec Inarritu. Les relations étaient très tendues sur le tournage. L'acteur et le réalisateur en sont même venus aux mains.

Mais rien de grave, cela a permis de "relâcher la tension", selon les mots de Hardy. A la fin du tournage, le héros de Mad Max a offert à toute l'équipe un t-shirt le représentant en train d'étrangler Inarritu. Pas rancunier, le réalisateur a dit de lui: "Il est incroyablement sensible et adorable".

Magali Rangin/ Sujet vidéo Claire Fleury