BFMTV

Papa ou maman 2 ou le secret d'une suite réussie

La suite de Papa ou Maman, en salles ce mercredi, pousse encore plus loin les limites de la comédie. Un cocktail réussi d'humour incisif et de personnages déjantés.

Comment réussir la suite d'un succès au box-office? L'équipe de Papa ou maman 2 semble avoir trouvé la recette. Après le premier film, qui avait fait près de 3 millions d'entrées début 2015, Martin Bourboulon signe une comédie déjantée et incisive sur le divorce et le remariage, teintée de vécu.

Ce deuxième volet explore ainsi de façon assez jubilatoire la période post-divorce. Les Leroy vivent désormais dans deux maisons en face l'une de l'autre. Vincent (Laurent Lafitte) est en couple avec Bénédicte (Sara Giraudeau), tandis que Florence (Marina Foïs) lui annonce qu'elle a rencontré Edouard (Jonathan Cohen). Jaloux, Vincent va s'immiscer dans leur vie, donnant lieu à une série de joutes verbales, de surenchères à l'humour féroce et de dérapages entre les ex-époux.

Une nouvelle comédie plus qu'une suite

Ce deuxième long-métrage s'est imposé assez naturellement dans les esprits des auteurs et du réalisateur. Les scénaristes Alexandre de La Patellière et Matthieu Delaporte (Le Prénom), déjà auteurs du premier volet, "ont eu une idée très vite au moment de la sortie du premier", évoque Laurent Lafitte interrogé par l'AFP.

Pour le réalisateur Martin Bourboulon, interrogé par BFMTV: "Ce sont des personnages dont on peut continuer à observer la manière de vivre assez dysfonctionnelle, et dont on peut faire une nouvelle comédie, plus qu'une suite".

Une aventure collective

"Retourner avec Martin (Bourboulon) et Marina (Foïs), j'en avais plus qu'envie, indique encore Laurent Lafitte. Après, ça ne pouvait pas être une motivation suffisante, il fallait vraiment que ça vaille le coup". Comédiens et auteurs "ont participé tous ensemble à la réécriture d'une version qu'ils avaient envie de tourner". Le film est donc une aventure collective à cinq.

-
- © -

"On fournit des idées de scènes ou de dialogues, des envies, détaille Marina Foïs pour BFMTV. La construction ce sont vraiment les deux auteurs qui la prennent en charge, le rythme c'est celui de la mise en scène. C'est vraiment nos cinq énergies, nos cinq sensibilités et nos cinq humours très différents qui se marient à un endroit bizarre".

Un cocktail d'humours

Le réalisateur Martin Bourboulon y voit, lui aussi, un mélange des humours très hétérogènes, et des dialogues poussés vers l'absurde. "Marina et Laurent ont un immense sens des dialogues, de la situation. Laurent a tendance à trouver ce que pourrait être la situation encore plus loin. Marina a une capacité très étonnante à rebondir avec des dialogues vraiment très drôles, des idées de vannes, de situations dans les scènes. C'est ce qui participe beaucoup au ton du film".

Marina Foïs et Laurent Lafitte ont su à merveille marier leur "folie" respective. "Laurent peut aller très loin dans le dégueulasse, avec beaucoup d'élégance. Personne ne dit des saloperies comme lui", raconte-t-elle, hilare.

"A force d'avoir peur de faire une mauvaise suite, on n'est pas à l'abri d'avoir fait un bon film", conclut Martin Bourboulon.

Magali Rangin avec Claire Fleury