BFMTV

Oscars 2017: Le Client projeté à Londres en soutien au cinéaste iranien Asgar Farhadi

"The Salesman" d'Asghar Farhadi

"The Salesman" d'Asghar Farhadi - Habib Majidi, SMPSP

Environ 10.000 personnes sont attendues ce dimanche à Trafalgar Square à Londres, afin d'assister à une projection gratuite du film Le Client de l'Iranien Asghar Farhadi, qui boycotte les Oscars afin de dénoncer la politique de Donald Trump.

Un rassemblement symbolique. Quelques heures avant le début de la cérémonie des Oscars à Los Angeles où Le Client d'Asgar Farhadi est nommé dans la catégorie meilleur film en langue étrangère, Trafalgar Square, la place symbole des combats politiques dans la capitale britannique, se transforme ce dimanche après-midi à 16h30 en un cinéma à ciel ouvert géant à l'occasion d'une projection gratuite.

"Je suis ravi d'accueillir des gens de toute la capitale et au-delà pour partager cette célébration de Londres en tant que pôle international de créativité et phare de la diversité", a écrit dans un communiqué le maire de Londres Sadiq Khan, organisateur de cet évènement.

Le cinéaste iranien ne sera pas présent mais a remercié "le maire de Londres et la communauté du cinéma pour cette initiative généreuse", saluant dans le journal Guardian "un geste inestimable de solidarité". "Le rassemblement du public autour du film Le Client sur cette célèbre place de Londres est un symbole d'unité contre la division et la séparation des peuples", a-t-il dit.

10.000 spectateurs attendus

Fin janvier, le réalisateur iranien avait annoncé qu'il n'assisterait pas à la cérémonie des Oscars dimanche à Los Angeles, même s'il obtenait une dérogation au décret très controversé de Donald Trump fermant l'entrée des Etats-Unis aux citoyens de sept pays à majorité musulmane dont l'Iran. Même si ce décret a été bloqué par plusieurs décisions judiciaires aux Etats-Unis, le cinéaste iranien n'est pas revenu sur sa décision.

La projection, qui est la première britannique du film, devrait rassembler 10.000 spectateurs, selon la mairie. Plusieurs personnalités dont le maire et le réalisateur britannique Mike Leigh doivent prendre la parole avant la projection qui sera suivi d'un mini-concert par un orchestre composé de musiciens syriens.

A l'origine, une cinquantaine de personnalités du monde du cinéma, parmi lesquels Ridley Scott, Kiera Knightley, Terry Gilliam, Glenn Close et Julie Christie, avaient signé fin janvier une lettre adressée au Duc de Westminster pour être autorisée à organiser une projection en plein air du film d'Asgar Farhadi devant l'ambassade des Etats-Unis à Londres. Elles voulaient ainsi "protester pacifiquement" contre le décret de Donald Trump interdisant l'entrée des Etats-Unis aux ressortissants d'Iran, Irak, Yémen, Syrie, Libye, Somalie et Soudan.

N.B. avec AFP