BFMTV

Mamma Mia! 2: "On a voulu donner l'impression d'être parti en vacances pendant deux heures"

Mamma Mia! 2

Mamma Mia! 2 - Universal Pictures

A l'occasion de la sortie en DVD et en Blu-ray de Mamma Mia! 2 (Universal Pictures Vidéo), le réalisateur Ol Parker revient pour BFMTV.com sur la conception du film et de ses numéros musicaux.

Dix ans après Mamma Mia!, Abba a toujours le vent en poupe. Sortie l'été dernier, Mamma Mia! Here We Go Again a rencontré un immense succès. Réunissant le casting original (Meryl Streep, Pierce Brosnan, Amanda Seyfried et Colin Firth) et des petits nouveaux (Cher, Andy Garcia, Lily James), la suite de la célèbre comédie musicale propose une nouvelle fois les plus grands tubes du groupe suédois, mis en image cette fois par le réalisateur Ol Parker, connu pour les comédies à succès Indian Palace.

L'histoire commence dix ans après le premier volet. Toujours installée dans son île grecque, Sophie (Amanda Seyfried) a la vie dure depuis la mort de sa mère (Meryl Streep) et rencontre des difficultés avec son hôtel et son mari Sky (Dominic Cooper). Pour trouver de la force, elle se tourne vers les deux meilleures amies de sa mère, Tanya et Rosie. Ces dernières décident de lui raconter la jeunesse de sa mère (incarnée alors par Lily James), de son arrivée sur l'île à sa rencontre avec ses trois pères (Pierce Brosnan, Colin Firth et Stellan Skarsgård).

A l'occasion de la sortie en DVD et en Blu-ray de Mamma Mia! 2 (Universal Pictures Vidéo), Ol Parker a accepté de répondre aux questions de BFMTV.com. Il revient sur la conception du film et de ses numéros musicaux. 

Une partie de Mamma Mia! 2 se déroule à Paris. Le tournage a-t-il eu lieu dans la ville lumière?

Non. Je crois qu’il était difficile d’obtenir une autorisation [de tournage]. Nous avons sommes donc allés à Bordeaux! Nous avons tourné l'arrivée à Paris de Donna, le personnage de Lily James, Place de la Bourse à Bordeaux à l'aube, puis nous avons ajouté en post-production la Tour Eiffel. Les scènes dans l’hôtel ont été tournées à Londres, comme celles du restaurant parisien où se déroule la chorégraphie de Waterloo.

Comment avez-vous réalisé cette scène sur Waterloo?

J’ai adoré préparer cette scène avec le chorégraphe Anthony Van Laast. La chanson était déjà dans le premier Mamma Mia!, pendant le générique, chantée par Meryl [Streep] et les autres. Il nous a semblé cependant évident d’utiliser à nouveau ce morceau, mais d’une manière différente. Cette chanson est une métaphore complètement absurde de la vie amoureuse, comparée à la reddition de Napoléon à Waterloo… Ça appelait une séquence excessive. On s’est donc envoyé beaucoup d’idées avec Anthony pour créer ce chaos. Lorsque je lui ai proposé l'idée d'une bataille avec des baguettes, il s'est écrit: "brillant"!

Vous avez écrit le scénario avec le chorégraphe?

J’ai d’abord écrit le scénario. Lorsque nous nous sommes rencontrés, nous avons partagé beaucoup d’idées. C’était très amusant. Aucune idée n'était stupide. Je lui ai envoyé beaucoup de photos pour s’inspirer. Par exemple, le plan où Lily et les deux filles sont portées par la foule lorsqu’elles chantent When I Kissed the Teacher est directement inspiré par le clip Drive de R.E.M.

Cette scène est très importante dans le film...

C’est une scène très importante, car elle introduit Lily James, qui joue Donna jeune, le personnage de Meryl Streep dans le premier film. Lily est le soleil incarné. Elle est extrêmement charismatique. C’est un rôle difficile, car le spectateur se rend rapidement compte que Meryl ne sera pas beaucoup présente [dans le film], car son personnage est mort. Lily doit assurer dès le début. C’était beaucoup de pression pour elle. Cette scène était l’occasion de montrer que la jeune Donna pouvait faire quelque chose d’iconoclaste et de rassurer le spectateur en lui disant qu'il pouvait s’amuser même sans Meryl.

La scène sur Dancing Queen a dû représenter un vrai défi: vous êtes en Croatie, vous avez une dizaine de bateaux, 150 figurants...

J’ai été engagé comme scénariste. Je ne pensais pas que je réaliserais Mamma Mia! 2. J’ai écrit cette scène en me disant que ce serait le problème de quelqu’un d’autre! J'ai été aussi flatté qu'horrifié en apprenant que j’avais été sélectionné pour réaliser le film. Cette scène a été un vrai défi logistique. Je me suis beaucoup appuyé sur mon équipe pour la réussir. C’était aussi les jours de tournage les plus excitants de toute ma vie. Je me souviens avoir eu l'impression d'être parti en vacances pendant deux heures en regardant le premier film. C’est cette sensation que nous avons voulu recréer avec Mamma Mia! 2.

Pourquoi avoir fait chanter Fernando à Cher?

C’était la chanson d’Abba que préférait ma mère. J’ai toujours voulu Cher pour son rôle. Je n’imaginais personne d’autre qu'elle. J’ai inventé le personnage d’Andy Garcia pour qu’elle puisse interpréter cette chanson. J’ai commencé par imaginer la scène où elle se retourne et le voit au loin. A partir de là, j’ai commencé à écrire la séquence en me demandant à qui elle pouvait bien parler. Le personnage joué par Andy Garcia existe donc uniquement pour que Cher lui chante la sérénade!

Pendant le générique, Andy Garcia accompagne Cher sur scène, s'éclipse, puis on le voit danser au milieu des figurants autour d'elle. Pourquoi?

C’est génial, hein? Lorsque nous avons tourné cette séquence, j’ai demandé à Andy de l’aider à monter sur scène et de l’embrasser. Il m’a répondu qu’il adorerait rester pour danser et chanter. Et c’est ce qu’on a fait. C’est un détail. J’ai hésité à mettre un gros plan d’Andy, mais j’adore l’idée que certains spectateurs le voient et d’autres non. C’est aussi une métaphore de la manière dont chaque comédien a été investi sur le tournage. Ils venaient même pendant leurs congés pour voir les autres chanter! C’était une ambiance très collective.

À l'occasion de la sortie en vidéo de Mamma Mia Here We Go Again, L'Ecran Pop, Universal Pictures et Le Grand Rex proposent une soirée unique en cinéma-karaoké, ce mercredi 28 novembre. Les billets sont à réserver sur le site du Grand Rex.

Jérôme Lachasse