BFMTV

Les animaux, victimes collatérales des tournages cinématographiques

King, le tigre du Bengale dans "L’Odyssée de Pi" de Ang Lee.

King, le tigre du Bengale dans "L’Odyssée de Pi" de Ang Lee. - -

SUR LES INTERNETS - Le "Hollywood Reporter" est allé enquêter dans les coulisses des plateaux de tournage des plus grosses productions. Attention, ça pique.

"No animals were harmed" ("Aucun animal n’a été blessé"). Derrière ce "slogan" qui défile dans les génériques de films, se cache une réalité moins reluisante. Dans une enquête publiée lundi, le Hollywood Reporter dénonce la maltraitance des animaux, le plus souvent par négligence, sur les plus célèbres plateaux de cinéma et de télévision.

On y apprend que King, le superbe tigre du Bengale à l’affiche de L'Odyssée de Pi d’Ang Lee a failli mourir noyé, que 27 animaux sont morts sur le tournage du premier volet de la trilogie Le Hobbit de Peter Jackson, qu’un chien a été roué de coups de poing dans un film de Disney ou encore que Spielberg a été couvert pour la mort de Joey, animal vedette de Cheval de Guerre.

Mention a minima

Pourtant, tous ces films ont été crédités de la mention "No animals were harmed", censée attester du respect du bien-être animal dans le septième art. Toutes ces productions accueillaient pourtant des agents de l’American Humane Association (AHA), censés surveiller ces pratiques sur les tournages.

Le gros problème soulevé par le Hollywood Reporter, c’est que ce label ne couvre pas les pauses de tournage, lorsque la blessure est involontaire ou encore quand les caméras ne tournent pas. Plus scandaleux encore, révèle l’enquête, c’est que l’AHA, financée en majorité par les grands groupes de l’industrie du cinéma, cache systématiquement les morts animales pour préserver ses bonnes relations avec Hollywood.

>> A lire sur The Hollywood Reporter

C.P.