BFMTV

La Terre et le Sang: un Rambo à la française débarque sur Netflix

La Terre et le Sang

La Terre et le Sang - Copyright Netflix

La Terre et le Sang, un polar sec et tendu avec Sami Bouajila, débarque ce vendredi sur Netflix. "L’adrénaline qui se dégage du film va être d'autant plus jouissive qu'on est confiné!", promet son réalisateur Julien Leclercq.

Il a sué pour mener à bien ce projet, mais il en est fier. La Terre et le Sang, un polar sec et tendu dans la lignée de Rambo 1, débarque ce vendredi sur Netflix. "Je pense que ça va faire du bien. L’adrénaline qui se dégage du film va être d'autant plus jouissive qu'on est confiné!", promet Julien Leclercq, réalisateur de ce huis clos en plein air.

Situé au milieu de nulle part, dans une scierie des Ardennes, ce film d'action brutal (interdit aux moins de seize ans) met en scène le combat d'un homme prêt à tout pour sauver sa fille de dealers d'une banlieue parisienne, venus régler leurs comptes sur son territoire. Situé quasi exclusivement en extérieur, ce film devrait être cathartique pour bon nombre de spectateurs et de spectatrices confinés. 

Travaillant entre Paris et Bruxelles et habitant à la campagne le reste du temps ("mon premier voisin est à 800 mètres), Julien Leclercq a puisé l'inspiration dans la confrontation de ces deux univers: "Quand je tournais Braqueurs à Sevran avec des dealers et des mecs du quartier, je me demandais ce que donnerait à l'écran leur rencontre avec le monde de la campagne qui se protège avec le fusil de chasse, les outils et les moyens du bord." 

Si les références personnelles de Julien Leclercq oscillent entre Rambo 1, Terminator ou encore Assaut de John Carpenter, La Terre et le Sang s'inscrit aussi dans une tradition française de films confrontant jeunes urbains et campagnards aguerris, comme Les Grandes Gueules (1965) avec Bourvil et Lino Ventura ou La Horse (1970) avec Jean Gabin. 

"Namur, en février-mars, il ne faut pas y aller en vacances!"

À l'écran comme sur le tournage, la confrontation entre la cité et la campagne a bien eu lieu: chaque second rôle et chaque figurant a été sélectionné soit dans les cités, soit dans les Ardennes. Avec une exigence pour figurer dans ce film de traque: être en bonne santé physique. Certains interprètes des dealers ont ainsi "vomi à force de tourner dix, douze prises", précise le réalisateur. 

Ces comédiens du cru sont entourés par des acteurs professionnels: Sami Bouajila (Indigènes), Samy Seghir (Neuilly sa mère) et Sofia Lesaffre (Les Misérables). Bouajila y interprète de manière très intense un patron de scierie: "Il est resté trois semaines tout seul [avant le début du tournage]. Il dormait dans la scierie. Il était stagiaire. Il a appris à utiliser les machines pour être crédible en capitaine de scierie", loue Julien Leclercq. 

Le film a été tourné dans une véritable scierie, située non loin de Namur. "En faisant Lukas [son précédent film avec Jean-Claude Van Damme, NDLR], je passais devant cette scierie. Quand on a écrit le scénario, je suis allé la revoir. J’en suis tombé amoureux." Il a obtenu les autorisations pour y tourner, avec l’interdiction, évidemment, d'y fumer: 

"Ils n’avaient pas lu le scénario et ne savaient pas que la scierie brûlait entièrement à la moitié du film! C’était un vrai challenge de mise en scène avec les effets spéciaux mécaniques et numériques", explique le réalisateur, avant d'ajouter: "Namur, en février-mars, il ne faut pas y aller en vacances! Mais, pour tourner un film, c’est génial! Ce sont les plus belles lumières, avec des ciels plombés."

"Netflix, c’est l’Eldorado"

D'une durée d'une heure et vingt minutes, La Terre et le Sang est "un vrai rollercoaster", résume Julien Leclercq, qui a pu jouir avec Netflix d'une totale liberté créatrice: 

"Le film est interdit aux moins de seize ans. Il y a des petites fulgurances de violence. Je n’aurais pas pu faire quelque chose d’aussi sec et violent pour les salles de cinéma en France. Les cinémas sont de plus en plus pour la famille. On n’a plus les programmations des années 1970 et 1980. Netflix, c’est l’Eldorado [des œuvres sombres et violentes, NDLR]. Il n’y a pas d’interdiction. Tu peux raconter l’histoire que tu veux, dans la thématique que tu veux, avec le ton que tu veux. C’est une vraie chance."

Une chance qui n'est pas prête de s'arrêter: Julien Leclerc est en cours de montage Sentinelle, nouvelle production Netflix avec Olga Kurylenko qui devrait sortir d'ici décembre ou l'année prochaine.

Jérôme Lachasse