BFMTV

Jackie Chan: "J'aurais pu jouer dans "La La Land" et dans "Mamma Mia!""

Jackie Chan à l'avant-première du film The Foreigner en 2017.

Jackie Chan à l'avant-première du film The Foreigner en 2017. - VALERIE MACON / AFP

Il aimerait prouver à Hollywood qu'il est plus qu'un simple acteur de films d'action.

Depuis plus de 40 ans, Jackie Chan fait rire et impressionne les spectateurs du monde entier avec ses cascades spectaculaires. A 63 ans, l'acteur oscarisé cette année pour l'ensemble de sa carrière, estime qu'il est temps que Hollywood le considère comme un "acteur sérieux et pas uniquement comme une star de film d'action". 

A l'occasion de la sortie du drame The Foreigner, où il se révèle dans un registre plus âpre que d'habitude, l'acteur a déclaré sur le plateau de l'émission américaine Today

"J’ai fait de la comédie pendant si longtemps. Je me souviens que quand j’ai assisté à la première de The Foreigner, tout le cinéma était silencieux", raconte-t-il, cité par 20 minutes. "Je veux que le public sache que je suis un acteur, pas une star de films d’action. La vie d’une star de l’action est courte. Je veux être un acteur, un vrai acteur, comme Robert de Niro". 

"Je sais danser, je sais chanter"

Dans une autre interview, accordée à People China, il a enfoncé le clou, regrettant le manque d'opportunités intéressantes à Hollywood: "Quand je regarde les films américains comme Taken, je me dis qu'ils me conviendraient, tout comme La La Land. Je sais danser, je sais chanter. Si Pierce [Brosnan, sa co-star du Foreigner, NDLR] a pu le faire, je pense que je peux faire Mamma Mia! aussi".

Elevé dans les années 1960 dans une académie d'étude du théâtre chinois, Jackie Chan a montré dans de nombreux films hongkongais ses capacités musicales. C'est notamment lui qui chante la musique du générique de la célèbre série Il était une fois en Chine avec Jet Li. Dans Kung Fu Yoga, co-production sino-chinoise sortie début 2017, Jackie Chan y démontre également ses talents de danseur. Reste à voir si Hollywood est intéressé.

Jérôme Lachasse