BFMTV

Grave, film très saignant produit par Julie Gayet, grand prix du Festival de Gérardmer

Garance Marillier dans "Grave", de Julia Ducournau, grand prix du jury du festival de Gérardmer.

Garance Marillier dans "Grave", de Julia Ducournau, grand prix du jury du festival de Gérardmer. - Wild Bunch

Grave, le film de Julia Ducournau a reçu dimanche, le grand prix du jury du 24e festival international du film fantastique, succédant à Bone Tomahawak.

Le grand prix du jury du 24e festival international du film fantastique a été décerné dimanche soir au film franco-belge Grave de Julia Ducournau, ont annoncé les organisateurs dans un communiqué.

Le premier long-métrage de la réalisatrice française Julia Ducournau, 33 ans, déjà en compétition à Cannes en 2016, a également reçu le prix de la Critique.

Nature cannibale

Le film, tourné en Belgique, raconte l'histoire d'une jeune végétarienne découvrant sa "vraie" nature cannibale après avoir été forcée à manger de la viande lors d'un bizutage durant ses études vétérinaires.

C'est la société Rouge International, dirigée par Julie Gayet et Nadia Turincev, qui produit le film Grave. La productrice était à Gérardmer dimanche, pour soutenir l'équipe du film.

Un jury présidé par Jean-Paul Rouve

Le jury était présidé cette année par l'acteur comique Jean-Paul Rouve. Le prix du jury a été attribué ex-aequo à Under the shadow, de Babak Anvari et à On l'appelle Jeeg Robot de Gabriele Mainetti, ont précisé les organisateurs. Under the shadow est également lauréat du prix Syfy décerné par un jury de blogueurs et de férus du genre fantastique.

Le prix du public a été attribué à The girl with all the gifts de Colm McCarthy, qui reçoit également le prix de la meilleure musique originale pour un thème composé par Cristobal Tapia de Veer. Le grand prix du court métrage a désigné Limbo de Konstantina Kotzamani, tandis que le The autopsy of Jane Doe de André Ovredal est lauréat du prix du jury jeunes de la région Grand Est.

Au total, 40 films avaient été sélectionnés pour cette 24e édition, dont 10 concouraient dans la compétition officielle. La programmation faisait cette année la part belle aux premiers films de Kiyoshi Kurosawa, avec un hommage au réalisateur japonais. L'an dernier, le festival couronnait couronne Bone Tomahawak du réalisateur américain S. Craig Zahler, un western qui bascule à mi-course dans le fantastique.

R.I avec AFP