BFMTV

Cinéma: les sagas cultes des années 90

Les grandes sagas des années 90.

Les grandes sagas des années 90. - Montage BFMTV

Les dinosaures de Jurassic Park repointent leur nez au cinéma, bientôt suivis du T-800 de Terminator, début juillet. L'occasion de se replonger dans les grandes sagas des années 90.

C'est dans les vieilles sagas qu'on fait les meilleurs suites. La preuve, les studios ressuscitent cette année Jurassic Park qui a bercé nos années 90. Pariant sur la nostalgie du spectateur, qui comme Omar Sy, a "adoré ces films-là, môme", et va se ruer en salles pour voir si les nouveaux dinosaures sont aussi féroces que les anciens.

Les studios ont également sorti de la naphtaline le T-800 et Arnold Schwarzenegger pour le retour de Terminator, le 1er juillet prochain. BFMTV.com en a profité pour se replonger dans les grandes sagas cinématographiques des années 90, ces blockbusters déclinés en franchises, qui ont marqué le box office et les fans enfants ou ado que nous étions.

> Maman, j'ai raté l'avion

Pur produit des années 90, Home alone, réalisé par Chris Columbus, à qui on doit aussi le scénario des Goonies, Harry Potter à l'école des sorciers ou Harry Potter et la chambre des secrets, a été un immense succès au box office. Le film a lancé la carrière de Macaulay Culkin, quand il était encore un mignon bambin.

Il joue dans les deux premiers opus, Maman j'ai raté l'avion, en 1990 et Maman, j'ai encore raté l'avion, en 1992. Les deux suivants, Maman, je m'occupe des méchants en 1997 et Maman, je suis seul contre tous, en 2002, exploitent le même filon, mais sans Macaulay Culkin, aujourd'hui en bonne place dans les articles sur "ces enfants stars qui ont mal tourné".

> Scream

Scream, de Wes Craven (spécialiste du genre, Freddy les griffes de la nuit, c'est lui aussi) a fait sursauter un paquet de monde à l'époque où les téléphones avaient un fil. Qui n'a pas hurlé à peu près aussi fort que Drew Barrymore ou Neve Campbell en apercevant le fameux masque de Ghostface, évoquant Le cri de Munch, apparaître à la fenêtre?

Après 4 films (en 1996, 1997, 2000 et 2011) avec les mêmes acteurs, dont Courtney Cox et David Arquette, qui sont tombés amoureux sur le tournage, le thème va désormais se décliner en série télé, dès le 30 juin prochain. Exit les téléphones filaires et les fax, c'est sur Youtube que tout se joue désormais. Mais les puristes critiquent déjà l'apparence du nouveau masque.

> Die hard

Il en a bavé, Bruce Willis, dans la peau de John McLane. A chaque fois il a failli y passer et y a perdu tous ses cheveux. En 1988, avec Piège de cristal, en 1990, dans 58 minutes pour vivre, en 1995 dans Une journée en enfer, et même en 2007 et 2013, pour les quatrièmes et cinquièmes volets: Retour en enfer et Belle journée pour mourir. John Mclane semble désormais immortel: un sixième film serait même en projet.

> L'arme fatale

Le regard halluciné de Mel Gibson, les répliques cultes ("j'ai passé l'âge pour ces conneries"), la B.O. signée Eric Clapton ... tout est culte dans la saga Lethal Weapon (1987,1989, 1992 et 1998, tous dirigés par Richard Donner), tous, même si, comme souvent, les premiers volets sont les meilleurs.

C'est d'ailleurs un des plus grands succès au box office des années 90 et l'ancêtre des buddy movies. Pas sûr pour autant qu'un cinquième volet serait souhaitable.

> Jurassic Park

Bien avant Chris Pratt et Omar Sy, Jeff Goldblum et Laura Dern ont couru devant des Tyrannosaures pas contents. En 1993, l'adaptation du roman de Michael Crichton (le père d'Urgences) était signée Steven Spielberg. Suivront Le monde perdu, en 1997 également réalisé par Spielberg, puis Jurassic park 3, en 2001, qui n'est pas tiré d'un roman de Crichton et qui est signé Joe Johnston (Chéri, j'ai rétréci les gosses). Le premier volet de la saga et le livre, ont paraît-il suscité un regain d'intérêt pour la paléontologie chez les étudiants.

Jurassic World, en salles ce mercredi, est le quatrième volet des aventures jurassiques.

Magali Rangin