BFMTV

Brigitte Lahaie, en larmes, présente ses excuses pour ses propos polémiques sur le viol

Brigitte Lahaie, en pleurs, dans l'émission "L'invité"

Brigitte Lahaie, en pleurs, dans l'émission "L'invité" - TV5 Monde

Après avoir suscité l'indignation en affirmant qu'il était possible de "jouir lors d'un viol", Brigitte Lahaie est revenue sur ses propos, les larmes aux yeux, lors d'un entretien à TV5 Monde.

Ces propos ont indigné jusqu'aux signataires de la tribune parue dans Le Monde sur la "liberté d'importuner" les femmes. Lors d'un débat sur BFMTV, Brigitte Lahaie affirmait mercredi soir qu'il était possible de "jouir lors d'un viol". Face à la polémique qui a suivi cette sortie, l'animatrice et ancienne actrice pornographique est revenue sur ses propos dans un entretien à TV5 Monde diffusé dans L'invité ce vendredi 12 janvier. Et c'est en larmes que Brigitte Lahaie a tenté de se défendre.

Celle qui assure avoir été "mal comprise" explique: "Je regrette que cela ait été sorti de son contexte. C'est malheureusement une vérité. J'aurais peut-être dû ajouter ce malheureusement, ce qui rend souvent la reconstruction encore plus compliquée d'ailleurs". Et de poursuivre face à Patrick Simonin: "Ce que je voulais dire, c'est que parfois, le corps et l'esprit ne coïncident pas".

"On est lynché"

Brigitte Lahaie, qui comprend que la tribune du Monde ait pu "choquer et blesser" explique: "Je peux regretter cette phrase parce que je n'ai pas vécu une journée très agréable. Mais est-ce que je peux regretter de dire les choses telles qu'elles sont? Evidemment que je ne l'ai pas dit pour blesser.

"Je sais que c'est à la mode aujourd'hui, déplore-t-elle, en larmes. On dit quelque chose, c'est repris par les réseaux sociaux, on est lynché, et il faut faire ses excuses. Si c'est comme ça que le monde marche, alors, OK, je présente mes excuses".

Lors de cet entretien, Brigitte Lahaie a assuré être "une femme qui a souffert dans sa chair et qui depuis trente ans aide les femmes à se libérer." Elle a alors conclu, très émue: "Et quand on est incomprise à ce point, c'est vrai que ça fait mal".

F.M.