BFMTV

Batman a 80 ans: Frank Miller commente The Dark Knight Returns

The Dark Knight Returns

The Dark Knight Returns - Urban Comics 2019 Frank Miller

Le dessinateur américain, invité au festival de la BD d’Angoulême pour fêter les 80 ans de Batman, commente plusieurs planches de The Dark Knight Returns, son histoire du chevalier noir qui a changé à jamais l’histoire de la BD.

1986. Après avoir ressuscité Daredevil pour Marvel, Frank Miller s'attaque à Batman. Inspiré par les mangas, le scénariste et dessinateur puise désormais son inspiration dans les polars hard-boiled de la décennie précédente, en premier lieu la série des Inspecteur Harry, pour imaginer un Bruce Wayne/Batman vieillissant et décidé à combattre à nouveau le crime.

Avec ses fidèles Klaus Janson (à l’encrage) et de Lynn Varley (à la couleur), il accouche de 178 pages d’une noirceur jusqu’alors jamais abordée dans une histoire de Batman. Frank Miller, qui convoque un grand nombre de personnages emblématiques de l'univers DC (Superman, le Joker, Double Face et Robin), multiplie les cases (allant parfois jusqu'à en mettre 16 par planche!) sans pour autant perdre en clarté.

Une œuvre majeure

Considéré aujourd'hui comme l'une des meilleures histoires de Batman, The Dark Knight Returns a influencé les nombreuses versions cinématographiques du justicier, dont celles de Christopher Nolan et de Zack Snyder. Chef d’œuvre de la BD américaine, The Dark Knight Returns sort la même année que trois autres titres majeurs: Daredevil Born Again de David Mazzucchelli (et Frank Miller) ; Watchmen d'Alan Moore et David Gibbons et Maus d’Art Spiegelman.

Rencontré au festival de la BD d’Angoulême, où il était invité pour fêter les 80 ans de Batman, Frank Miller commente pour BFMTV.com plusieurs planches de cette mythique aventure du chevalier noir qui a changé à jamais la face de Gotham City.

Batman
Batman © Urban Comics 2019 Frank Miller

Une critique de la télévision

"Les cases ont la forme d’écrans de télévision. Je devais transmettre aux lecteurs beaucoup d’informations en peu de temps. La meilleure manière de le faire était d’utiliser ce que les gens utilisent le plus souvent pour s’informer: la télévision. Aussi, je voulais utiliser les écrans de télévision pour montrer à quel point nous sommes ridicules dans notre manière de rapporter les informations. Nous nous emparons d’événements importants et terrifiants et les faisons apparaître banals, presque amusants. A l’inverse, nous prenons des faits anodins et les rendons importants. Il y a donc plusieurs raisons pour lesquelles j’ai choisi ces cases en forme d’écrans de télévision. C’était amusant à faire."
Batman
Batman © Urban Comics 2019 Frank Miller

La course-poursuite

"Cette page a été construite à partir des effets sonores. Les onomatopées, dans cette séquence, racontent l’histoire autant que les dessins. C’était une manière d’explorer les limites de la bande dessinée. Je me rappelle m’être demandé à l’époque jusqu’où je pouvais aller avec ces effets sonores. Voici ce que j’ai trouvé."
Le Joker
Le Joker © Urban Comics 2019 Frank Miller

Le Joker

"Pourquoi le Joker ne sourit-il pas dans cette page? Je voulais que le moment où il révèle ses dents avec son sourire soit important. Il n’a tué personne depuis longtemps. Le maintenir aussi calme pendant si longtemps, sans sourire, est terrifiant. Plus tard, il se remet à tuer des gens et à sourire - et on comprend alors pourquoi le Joker sourit."
Robin
Robin © Urban Comics 2019 Frank Miller

Robin

"Cette page introduit le personnage de Robin. C’est mon personnage préféré. Je suis tombé amoureux d'elle en réalisant ce livre. Il y avait déjà eu à cette époque l’histoire du premier Robin, Dick Grayson, et de sa mort, puis du second Robin, qu’ils ont ensuite tué aussi. Lorsqu’ils ont créé le second Robin, c’était juste le même personnage. C’était encore un garçonnet mignon avec des cheveux noirs. Je trouvais ça étrange. Je me suis dit que Robin pouvait donc être un femme et surtout se porter volontaire pour cette tâche. Ce qui n’était jamais arrivé avant. Elle a construit son propre costume, elle s’est mise dans la mouise en combattant aux côtés de Batman parce qu’elle en avait envie. C’est le personnage le plus brave. Les couleurs dans les bulles ont été ajoutées par la coloriste Lynn Varley, qui voulait montrer que c’était un autre personnage que Batman qui parlait."
Batman
Batman © Urban Comics 2019 Frank Miller

Batman dans la boue

"ll fallait que ce soit un combat sale et moche. Je voulais démontrer que Batman souffrait de son âge. Il affronte un ennemi beaucoup plus jeune que lui et qui, semble-t-il, ne ressent aucune douleur. Lors d’un précédent affrontement avec cet antagoniste, beaucoup de ses os ont été brisés. Dans cette scène, il le combat donc une nouvelle fois et montre que son expérience a plus de valeurs que l’âge de son rival. C’est aussi un des thèmes du livre."
Batman et Joker
Batman et Joker © Urban Comics 2019 Frank Miller

Batman contre le Joker

"Pourquoi ai-je utilisé les onomatopées de cette manière? Dans une scène aussi grandiloquente, aussi dramatique, il fallait qu’il y ait du bruit. Le Joker se brise le cou en riant. Cela n’a rien de silencieux. Je voulais que cette scène soit la plus douloureuse, la plus inconfortable possible. En dessinant les lignes les plus fines possible, tout semble beaucoup plus fragile..."
Batman et Robin
Batman et Robin © Urban Comics 2019 Frank Miller

Batman et Robin

"Cette scène représente le moment où leur relation prend forme. Ils deviennent père et fille. Avant, elle essayait de s’en sortir avec son rôle. Ici, elle le voit revenir d’entre les morts. Leur lien est total. C’est une scène très émouvante dans un livre assez dur."

The Dark Knight Returns, Frank Miller, Klaus Janson et Lynn Varley, Urban Comics, DC Black Label, 240 pages, 22,50 euros (nouvelle édition disponible depuis le 25 janvier).

A également été rééditée, dans la même collection, l’intégrale du Dark Knight III (416 pages, 35 euros).

Jérôme Lachasse