BFMTV

Alicia Ayliès, Miss France 2017: "En Guyane, j'ai été accueillie mieux que le président"

Alicia Ayliès, Miss France 2017 sur le plateau de BFMTV, le 14 décembre 2017

Alicia Ayliès, Miss France 2017 sur le plateau de BFMTV, le 14 décembre 2017 - BFMTV

La vie de Miss France, c'est bientôt fini pour elle. A quelques jours de céder sa couronne, la Guyanaise Alicia Ayliès est venue évoquer son année bien remplie et ses projets sur le plateau de BFMTV.

Son règne s'achève samedi. Alicia Ayliès, Miss France 2017 s'apprête à céder sa couronne à celle qui sera élue Miss France 2018, ce week-end à Châteauroux.

Ce jeudi, la jeune femme de 19 ans est venue sur le plateau de BFMTV pour évoquer les moments marquants de son année en tant que reine de beauté, et les projets qui l'attendent.

La joie en Guyane

Interrogée sur le souvenir le plus intense qu'elle en garde, Alicia Ayliès a raconté son retour en Guyane.

"Des souvenirs, il y a en énormément, mais le plus marquant c'est celui de mon retour en Guyane, a-t-elle ainsi déclaré, évoquant une grande fierté, beaucoup d'émotion, des larmes de joie. (...) J'ai été accueillie mieux que le président, ils me l'ont eux-même dit. C'était vraiment magnifique".

Emmanuel Macron s'est rendu en Guyane fin octobre, dans un contexte assez tendu, un peu plus de six mois après un conflit social qui a secoué le département d'outre-mer. Il a également eu l'occasion de rencontrer la Miss, comme elle l'avait alors tweeté.

Du mannequinat et du marketing

La future ex-Miss a également parlé de ses projets. Elle continuera d'assurer "des prestations en tant que Miss France 2017". Mais Alicia Ayliès compte également se lancer dans une carrière de mannequin "dès janvier". "Il y a déjà quelques contrats qui sont signés", a-t-elle expliqué, sans préciser avec quelles marques.

La jeune femme de 19 ans souhaite enfin reprendre ses études "dans le marketing", à la rentrée prochaine en septembre. "Je pense qu'il y aura un peu de difficulté au début", reconnaît-elle, évoquant son retour à la vie "normale".

M. R.