BFM Paris

Yvelines: une femme retrouvée pendue, son conjoint placé en garde à vue

Un écusson de la police nationale (image d'illustration)

Un écusson de la police nationale (image d'illustration) - AFP

Les policiers sont intervenus après avoir été alerté par les cris provenant d'un immeuble à Verneuil-sur-Seine jeudi en fin de journée. Les secours n'ont pas pu réanimer la victime.

Un homme a été interpellé et placé en garde à vue "pour homicide volontaire" jeudi après la mort de sa compagne retrouvée pendue dans un appartement de Verneuil-sur-Seine (Yvelines), a indiqué ce vendredi une source policière à BFM Paris.

Les policiers avaient été initialement appelés pour des fumeurs de cannabis en fin d'après-midi. Mais alertés par les cris d'un homme provenant d'un immeuble voisin, les agents de la BAC se sont rendus sur place.

Déjà connu des services de police

A l'intérieur de l'appartement, ils ont découvert une femme pendue à l'aide d'un drap, suspendue à une armoire métallique. Malgré l'arrivée des secours et du SAMU, la victimen qui allait avoir 28 ans cette année, n'a pas pu être réanimée. Son corps a été transporté à Garches pour une autopsie.

L'homme, blessé à la main, a expliqué s'être disputé avec sa femme quelques minutes avant le drame. Il a également déclaré s'être fait mal avec l'armoire métallique en voulant décrocher sa compagne.

Interpellé par les forces de l'ordre, l'homme était déjà connu défavorablement des services de police avec trois procédures et plusieurs mains courantes pour des violences toujours envers la même victime.

L'enfant du couple, âgé de 3 ans, a été confié aux grands-parents maternels.

3919: le numéro de téléphone pour les femmes victimes de violence

Le "3919", "Violence Femmes Info", est le numéro national de référence pour les femmes victimes de violences (conjugales, sexuelles, psychologiques, mariages forcés, mutilations sexuelles, harcèlement...). C'est gratuit et anonyme. Il propose une écoute, informe et oriente vers des dispositifs d'accompagnement et de prise en charge. Ce numéro est géré par la Fédération nationale solidarité femmes (FNSF).

Simon Azelie avec Benjamin Rieth