BFM Paris Île-de-France
Paris Île-de-France

"Un non-sens": le groupe inter-mosquées de l'Essonne apporte son soutien à l'imam Hassan Iquioussen

L'imam est accusé par les autorités françaises d'avoir tenu des propos antisémites, homophobes et "anti-femmes". Le groupe inter-mosquées de l'Essonne dresse le portrait d'un homme "engagé publiquement, avec constance et sans la moindre ambiguïté".

Une décision administrative "injuste et incompréhensible". Le groupe inter-mosquées de l'Essonne apporte, dans un communiqué, son soutien à l'imam Hassan Iquioussen, menacé d'expulsion.

"Cette décision d'expulsion est un non-sens au vu des éléments objectifs connus de tous, indique le groupe inter-mosquées de l'Essonne. Les propos du Pr Hassan Iquioussen n'ont jamais dérogé aux règles républicaines lors de ses différentes interventions au sein de nos mosquées."

"Des propos en cohérence avec le pacte républicain"

Pour rappel, le prédicateur, réputé proche des Frères musulmans, est notamment accusé d'avoir tenu des propos antisémites. Une accusation réfutée par le réseau qui affirme qu'il a "à maintes reprises exprimé sa condamnation de toutes les formes de rejet, de xénophobie, d'antisémitisme ou de racisme".

Le groupe inter-mosquées de l'Essonne fait l'éloge d'un homme "engagé publiquement, avec constance et sans la moindre ambiguïté, en faveur de la fraternité, de l'ouverture, du dialogue, et de l'engagement citoyen responsable". "Il a toujours tenu des propos en cohérence avec le pacte républicain, déclare-t-il. En prônant, les principes républicains de liberté, d’égalité et de fraternité, ainsi que la laïcité."

Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin avait annoncé la semaine dernière l'expulsion de ce prédicateur exerçant en France. Saisi en "référé", c'est-à-dire en urgence, sur une suspension de l'expulsion vers le Maroc de l'imam Hassan Iquioussen, le tribunal administratif de Paris rendra sa décision ce vendredi au plus tard.

Solenne Bertrand