BFM Paris

Seine-et-Marne: des graffitis proposent des primes pour le meurtre et le viol de policiers

Une liste, écrite sur le mur d'un immeuble de Savigny-le-Temple (Seine-et-Marne), propose de l'argent contre des actes à l'encontre des forces de l'ordre: tuer un policier, jeter une boule de pétanque sur l'un d'eux, violer une policière.

"Couper la tête d'un policier = 500.000 euros." Vendredi soir, des inscriptions haineuses incitant à la violence envers les policiers et les policières ont été retrouvées dans le hall d'un immeuble à Savigny-le-Temple, en Seine-et-Marne.

Une liste, écrite sur un mur, propose de l'argent contre des actes à l'encontre des forces de l'ordre: tuer un policier, jeter une boule de pétanque sur l'un d'eux, violer une policière.

"C'est inacceptable, ça ne peut pas être ça notre République. On ne peut pas accepter, dans une ville comme la nôtre, que ce genre de faits puissent se dérouler. Nous avons travaillé avec le bailleur, il y aura une rénovation des cages d'escalier avant la fin de l'année. Nous avons besoin de policiers dans nos villes", a indiqué Marie-Line Pichery, la maire de Savigny-le-Temple, sur BFMTV.

Une enquête bientôt ouverte

La péfecture du département a réagi sur Twitter à la mi-journée, condamnant "fermement les auteurs des tags hostiles à la police" et réaffirmant "son soutien" aux forces de l'ordre.

"Je suis terrifié, quand je vois ça je me dis qu'on a passé un cap, je me demande si ce sont des êtres humains qui ont écrit ça. Appeler à violer des policières, j'espère qu'il y aura une suite, que l'on va retrouver ces personnes et qu'il y aura une réponse pénale adaptée", a réagi Jean-Christophe Couvy, secrétaire national du syndicat SGP Police, ce dimanche sur notre antenne.

Une enquête a été ouverte et confiée au commissariat de Melun, a appris BFMTV d'une source policière.

Guillaume Barki, Mélanie Vecchio avec Clément Boutin