BFM Paris

Paris a perdu plus de 54.000 habitants en cinq ans

Vue de la ville de Paris (photo d'illustration)

Vue de la ville de Paris (photo d'illustration) - Gerard Julien - AFP

La capitale a perdu près de 11.000 habitants par an entre 2013 et 2018, selon les derniers chiffres de l'Insee. A l'inverse dans la région, la population est en forte hausse en Seine-Saint-Denis.

L'Ile-de-France est toujours la région la plus peuplée de France, mais paradoxe Paris perd des habitants. Selon les derniers chiffres de l'Insee, publiés ce mercredi, entre 2013 et 2018 la capitale a perdu en moyenne 10.800 habitants chaque année, soit près de 54.000 habitants partis en l'espace de cinq ans. Ce phénomène est observé depuis 2012, auparavant, entre 2006 et 2011, la capitale gagnait encore 14.000 habitants par an.

Paris connaît le plus fort déficit migratoire de tous les départements de France métropolitaine. Et c'est dans les arrondissements centraux que Paris se dépeuple le plus, indique l'Insee.

"Le coût élevé du logement à Paris, l'offre réduite de logement de grande taille pour les familles et la recherche d'un autre cadre de vie" sont les principaux facteurs qui expliquent le départ des Parisiens, analyse l'Insee.

Néanmoins, les Parisiens ne partent pas forcément très loin, la moitié d'entre eux restent en Ile-de-France, observe l'institut de la statistique.

Forte croissance démographique en Seine-Saint-Denis

Hormis Paris, entre 2013 et 2018, la population a augmenté dans tous les départements franciliens. La croissance démographique de l'Ile-de-France est surtout tirée par la Seine-Saint-Denis dont la population progresse de 1% par an. En grande couronne, la Seine-et-Marne, l'Essonne et le Val-d'Oise connaissent aussi une croissance démographique dynamique avec une population en hausse de 0,7% par an.

En Seine-Saint-Denis mais aussi dans d'autres territoires comme à l'ouest du Val-d'Oise et dans le nord-ouest de la Seine-et-Marne, la croissance démographique est soutenue grâce à "un regain d'attractivité lié à la construction de logements et à leur développement économique", note l'Insee. Aubervilliers, Pantin, Franconville, Bussy-Saint-Georges et Meaux tirent ainsi leur épingle du jeu avec une population en progression annuelle d'au moins 2%.

https://twitter.com/caroleblanchard Carole Blanchard Cheffe de service BFM Régions