BFM Paris

Messe sans gestes barrières à Pâques: le diocèse de Paris ouvre une procédure canonique

Une messe célébrée à Paris au cours du week-end de Pâques, sans respect des gestes barrières, suscite la polémique

Une messe célébrée à Paris au cours du week-end de Pâques, sans respect des gestes barrières, suscite la polémique - BFMTV / Le Parisien

Le curé de la paroisse Sainte-Eugène-Sainte-Cécile, à Paris, est soupçonné de ne pas avoir fait respecter, au sein de son église, les mesures sanitaires de lutte contre la pandémie de Covid-19.

Le curé de la paroisse Sainte-Eugène-Sainte-Cécile sera-t-il sanctionné pour avoir organisé une messe sans faire respecter les gestes barrières? Dans un communiqué, le diocèse de Paris annonce ce mercredi que Mgr Michel Aupetit, archevêque de la capitale, a lancé une procédure canonique, conformément à la loi ecclésiastique, à l'encontre du curé de cette église du IXe arrondissement de la capitale.

Comme le rappelle le communiqué du diocèse, ce curé "n’aurait pas fait respecter, au sein de son église, les mesures sanitaires en vigueur pour lutter contre la pandémie Covid-19, lors d’une célébration le samedi 3 avril".

De nombreuses images de cette messe ont été diffusées depuis le week-end, montrant des fidèles en très grande majorité sans masque et sans respect des règles de distanciation, alors que l'église semblait pleine.

"Ces mesures avaient pourtant fait l’objet de consignes claires, régulièrement rappelées, par le diocèse de Paris, à l’ensemble des paroisses. En attendant la conclusion de cette procédure canonique, il lui est demandé de faire strictement appliquer le respect des mesures sanitaires dans cette église et de relayer, au cours du week-end, une communication de l’archevêque de Paris à l’attention des paroissiens, afin de leur rappeler à nouveau les règles qui s'imposent à tous", peut-on lire dans le communiqué du diocèse.

Enquête judiciaire ouverte

Appliquant le rite en vigueur avant le concile Vatican II, cette paroisse est autorisée à célébrer la messe en latin. Il apparaît également que les prêtres y donnent l'hostie directement dans la bouche des pratiquants et non pas dans la main, facilitant potentiellement la propagation du Covid-19.

Face à ces abus manifestes, le parquet de Paris a annoncé mardi après-midi l'ouverture d'une enquête pour "mise en danger de la vie d'autrui".
Jules Pecnard Journaliste BFMTV