BFM Paris

IDF Mobilités: une avance de plus d'un milliard d'euros sur la table

Laurent Saint-Martin (LaREM) a annoncé qu’Île-de-France Mobilités bénéficierait d'une aide financière. (Image d'illustration)

Laurent Saint-Martin (LaREM) a annoncé qu’Île-de-France Mobilités bénéficierait d'une aide financière. (Image d'illustration) - Geoffroy VAN DER HASSELT © 2019 AFP

Le rapporteur du budget à l'Assemblée, Laurent Saint-Martin (LaREM), a annoncé qu'Île-de-France Mobilités pourrait bénéficier d'une avance remboursable de plus d'un miliard d'euros. Cette aide permettrait de compenser les pertes financières, dues notamment au confinement.

Une avance remboursable de plus d'un milliard d'euros pourrait être versée à Île-de-France Mobilités, qui organise les transports de la région et a souffert de la crise du coronavirus, propose ce dimanche le rapporteur du budget à l'Assemblée Laurent Saint-Martin (LaREM).

Cette avance serait destinée à compenser "intégralement" les "pertes de billetteries" (tickets, passe Navigo) subies par Ile-de-France Mobilités en 2020, et dépasserait "très probablement le milliard d'euros", explique le député au Parisien.

Un manque à gagner de 2,6 milliards d'euros selon la région

"On peut acter le principe d'une avance de 1 à 1,5 milliards d'euros, à affiner, à rembourser à l'Etat sans intérêt à partir de 2023", poursuit-il, qui proposera cette solution dans le cadre des discussions budgétaires de l'automne.

Cette mesure répondrait favorablement à la demande répétée de la présidente de la Région Valérie Pécresse qui évalue à 2,6 milliards d'euros le trou creusé par la pandémie de Covid-19 dans le budget des transports en commun de la région. Le bras-de-fer avec l'Etat avait conduit Valérie Pécresse à suspendre les paiements à la RATP et la SNCF qui font circuler trains, métros, trams et bus.

Une enveloppe de 600 millions bientôt versée

Par ailleurs, une autre subvention de 600 millions d'euros va être versée "dans les prochains jours" à l'autorité organisatrice afin d'éponger ses pertes fiscales, conformément à un amendement voté en juillet, a rappelé Laurent Saint-Martin. Ile-de-France Mobilités perçoit en effet le versement mobilités, une taxe payée par les entreprises.

En contre-partie de ces aides, le député du Val-de-Marne exhorte Ile-de-France mobilités à "maintenir" des "investissements indispensables" pour "améliorer les transports du quotidien".

C. N.