BFM Paris

Horaires, sanctions… que contient la charte encadrant les terrasses éphémères à Paris?

Les terrasses de la capitale rouvriront ce mercredi après plus de sept mois de fermeture. Pour cette réouverture, la mairie de Paris reprend sa charte des engagements pour les terrasses éphémères qui contient un certain nombre de conditions à respecter sous peine de sanctions.

Plus que quelques heures avant de retrouver les terrasses parisiennes. Ces derniers jours, les installations éphémères ont fleuri dans la capitale. 60% des restaurants devraient rouvrir dans la ville selon Frank Delvau, président de l'UMIH Paris Ile-de-France, invité de BFMTV.

Pour encadrer ces terrasses, la mairie de Paris réitère sa charte engageant les restaurateurs. Ceux-ci doivent respecter plusieurs consignes sous peine de sanctions. La charte d'engagements des commerçants doit être signée et affichée devant chaque terrasse étendue, rappelle la mairie sur son site internet.

•Respecter les règles sanitaires

La réouverture des terrasses se fait sous conditions dictées par les pouvoirs publics. Jusqu'au 8 juin, les terrasses seront limitées à 50% de leur capacité. Les tables pourront recevoir jusqu'à 6 personnes maximum.

Néanmoins les restaurants qui ont une terrasse de moins de 10 tables, n'auront pas à respecter la jauge de 50%, s'ils placent un plexiglas, un paravent ou une plante entre les tables.

•Respecter le voisinage

L'une des craintes des riverains, c'est le retour des nuisances sonores. Sur BFMTV, Olivia Polski, adjointe en charge du commerce à la mairie de Paris, rappelle qu'après le premier confinement "tout le monde était ravi de retourner en terrasse" et indique que la ville a justement "mis des horaires" pour limiter les désagréments.

Après la levée du couvre-feu fin juin, les horaires sur les terrasses éphémères seront réglementés et ne pourront plus être exploités après 22 heures.

Par ailleurs, la mairie précise que la diffusion de musique à l'extérieur de l'établissement est interdite.

•Respecter la circulation

Les conditions d’accès, d’occupation et de circulation des piétons à l’intérieur et entre les terrasses éphémères doivent être respectées. En cas de travaux sur le domaine public, le restaurateur s'engage à retirer sa terrasse éphémère.

De plus les terrasses éphémères ne doivent pas être installées sur les places de stationnement réservées aux personnes handicapées, sur les emplacements réservés aux taxis, vélos, trottinettes ou Mobilib. Interdiction de dresser les tables sur les bornes de recharge pour les véhicules électriques, les emplacements réservés aux transports de fonds, les pistes ou bandes cyclables et les couloirs de bus.

Ces derniers jours, de nombreux habitants ont critiqué l'installation de ces terrasses, jugées inesthétiques. Le Premier adjoint à la mairie de Paris a réagi dans un entretien au Parisien et indique que "les installations ne devront pas dépasser 1,30 m de hauteur et elles ne devront pas être couvertes".

•Les sanctions encourues

La mairie prévoit par ailleurs de confier un rôle renforcé dans la régulation de ces terrasses aux maires d'arrondissements. Chacun d’entre eux présidera une commission de régulation réunissant les polices municipale et nationale, des représentants de restaurateurs ainsi que des riverains. Elles seront chargées d’intervenir sur les terrasses ayant fait l’objet de signalements.

La mairie de Paris assure par ailleurs que des contrôles sont déjà en cours.

"On a un certain nombre de contrôles qui ont commencé, on a même mis en place des brigades mixtes avec des experts sur les questions sanitaires" annonce Olivia Polski, qui explique également "faire preuve de pédagogie car on sait que c'est très compliqué pour eux économiquement".

Selon la charte, les contrevenants s'exposent à une amende administrative pouvant aller jusqu'à 500 euros avec le risque de devoir retirer la terrasse éphémère. La mairie pourra aussi solliciter une fermeture administrative de l'établissement auprès de la préfecture de police.

•Une nouvelle charte en préparation

Cette charte est valable jusqu'au 30 juin. Sur les 9800 déclarations, plus 9000 terrasses éphémères seront sur des places de stationnement, indique l'adjointe à la mairie de Paris.

"On essaye d'encadrer les choses, on va les encadrer encore mieux" à l'avenir promet Olivia Polski.

Car au 1er juillet, un nouveau cadre sera mis en place à Paris. Une dernière réunion de concertations entre la mairie, les associations de riverains et les professionnels de la restauration aura lieu ce mardi soir à ce sujet. La pérennisation de ces terrasses dans un cadre "plus strict" est au programme. La gratuité encore en vigueur de ces terrasses s'arrêtera également à la fin de l'été.

Alicia Foricher