BFM Paris

Aubervilliers: près d'un milliers de migrants installés dans un campement près du canal Saint-Denis

Entre 800 et 1000 personnes vivent dans des conditions précaires dans un campement situé le long du canal Saint-Denis à Aubervilliers. La mairie demande son évacuation.

Ils sont près d'un millier à vivre dans des tentes au bord du canal Saint-Denis à Aubervilliers. Un campement de migrants qui ne cesse de grandir depuis le déconfinement.

Leur nombre aurait quasiment doublé en un mois selon les associations, le tout dans des conditions d'hygiène précaires entre poubelles qui s'entassent et sanitaires improvisés à quelques mètres des sources d'eau potable. Des conditions de vie misérables auxquelles s'ajoute l'insécurité, le campement est devenu le terrain de jeu de dealer.

"Avant j’etais en Allemagne je ne voyais pas beaucoup de drogue mais ici je vois toute sorte de produits circuler", raconte un habitant de ce camp à BFM Paris.

La proximité du canal constitue également un danger. Deux personnes du campements sont mortes, dont l'une par noyade.

Des populations "invisibles"

Les associations dénoncent une mise à l'écart de plus en plus grandes de ces populations.

"Ce qu'on voit, c'est que les pouvoirs publics se mettent d'accord pour que ce soit dans les endroits les plus invisibles possibles [que les campements s'installent]. C'est sûr qu'ici c'est beaucoup moins visible que le long du périph'", déplore Philippe Caro, membre du collectif solidarité migrants Wilson. "Ca met tout le monde en danger", résume-t-il.

La nouvelle maire d'Aubervilliers, Karine Franclet demande le démantèlement du campement. "Je demande à ce que collectivement chacun prenne sa part et qu'on trouve des solutions pour régler ce problème dramatique qui est national et même international", souligne-t-elle.

L'avenir du campement sera abordé cette semaine lors d'une rencontre entre la maire d'Aubervilliers et le préfet d'Ile-de-France.

William Helle, Simon Azelie avec Carole Blanchard