BFMTV

Un nouveau nuage de sable venu du Sahara traverse le ciel français

Dimanche et surtout ce lundi, de nouvelles nuées de sable venues du Sahara balaient le ciel européen et celui de l'Hexagone. C'est la seconde fois que ce phénomène météorologique se produit en l'espace d'un mois.

À la télévision, les Français ont longtemps eu l'habitude de voir un sable se déverser depuis les nuages pour endormir les enfants. Ce lundi, pourtant, c'est au réveil que certaines de nos régions ont pu observer un nuage jaune flotter au-dessus d'elles. Après que le phénomène a commencé dimanche, un nuage de sable venu du Sahara remplit en effet le ciel de l'Hexagone ce lundi. À la mi-journée, sur les coups de 13h, ses nuées se seront diffusées dans tout le ciel français.

C'est la seconde fois en moins d'un mois que pareil phénomène se produit. Entre les 4 et 8 février derniers en effet, une teinte ocre avait fait tache d'huile au-dessus du pays, elle aussi fille d'une dépression levée dans le désert africain, avant de passer d'une rive à l'autre de la Méditerranée.

Les Pyrénées-Atlantiques en alerte à la pollution atmosphérique

Cette fois, les premières bouffées de sable ont abordé la France par l'Ouest atlantique, avec la Bretagne dimanche, avant qu'une seconde nappe pénètre par le Sud et les Pyrénées, comme l'explique LCI. Localement, les pluies de la nuit de dimanche à lundi ont déjà fait retomber au sol les particules de sable, comme sur les pentes montagneuses de Peyragudes, dans les Hautes-Pyrénées, par exemple.

Dans le département voisin des Pyrénées-Atlantiques, la préfecture a décidé de lancer la procédure d'alerte à la pollution atmosphérique.

Le directeur scientifique de l'institut Copernicus, Mark Parrington, dans un communiqué paru vendredi, avait rappelé: "Nous avons observé des événements similaires au cours des dernières semaines avec des impacts significatifs sur la qualité de l'air dans les régions touchées". Il a ajouté que tel serait "également le cas pour l'événement" actuel.

Un phénomène plus étendu

Mais la comparaison a ses limites. Vincent Guidard, chercheur au Centre national de recherches météorologiques de Météo France, a expliqué à France Info que si les deux épisodes étaient nés dans des conditions similaires, c'est-à-dire de dépressions venteuses soulevées dans le Sahara puis se dirigeant vers le nord, leur ampleur différaient:

"Contrairement à l'épisode qui a touché le pays début février, cette fois, les flux et les vents sont plus forts. Le phénomène va toucher jusqu'à la Scandinavie et les particules de sable vont être transportées sur une très longue distance."

Son tweet publié dimanche a donné un aperçu de cette extension.

"Les conséquences les plus probables pour les habitants seront des dépôts de poussières de sable en grande quantité sur les voitures et sur les vitres, surtout dans le sud du pays. Les dépôts y seront probablement plus importants qu'au début du mois. Les poussières désertiques peuvent également avoir un impact sur la qualité de l'air et la santé", a averti Vincent Guidard.

Le ciel change encore de couleur

Quant à savoir si les bourrasques de sable mettraient une nouvelle fois le orange ou le rose aux joues du ciel, le chercheur s'est montré réservé: "C'est rare de constater des modifications de la couleur du ciel. (...) Si le soleil est plus ou moins rasant, ça ne rend pas le même effet. Pour l'impression visuelle, il est difficile de dire si des couleurs aussi marquantes seront visibles".

Il apparaît cependant ce lundi que l'atmosphère est encore au diapason de ces vents venus d'ailleurs. Ainsi, en Haute-Savoie, la voûte a viré au parme au-dessus des eaux du lac d'Annecy ce lundi matin.

L'ambiance était la même, quoique plus orangée, du côté du Mont-Blanc.

Notre météorologiste Guillaume Séchet, a analysé la situation dans une station des Pyrénées-Orientales: "A la station de sport d'hiver de Cambre d'Aze (Pyrénées-Orientales), la neige est transformée en "sable" (car salie par la poussière du Sahara) et la visibilité est réduite par le phénomène ce matin".

Matthieu Sorel, climatologue de Météo France, a quant à lui immortalisé le ciel midi-Pyrénéen.

Robin Verner
Robin Verner Journaliste BFMTV