BFMTV

Virus: 16 millions d'enfants pauvres en plus fin 2020 en Amérique Latine et dans les Caraïbes

Deux enfants à Guayaquil en Équateur le 16 mai 2020.

Deux enfants à Guayaquil en Équateur le 16 mai 2020. - Jose Sanchez Lindao / AFP

Selon l'Unicef et Save the children, la crise économique engendrée par la pandémie de Covid-19 va creuser l'écart entre les enfants des familles pauvres et ceux des familles riches.

Seize millions d'enfants supplémentaires vont tomber dans la pauvreté d'ici fin 2020 en Amérique latine et dans les Caraïbes si les gouvernements ne font rien pour atténuer la grave crise économique causée par la pandémie de coronavirus, mettent en garde jeudi l'Unicef et l'ONG Save the children

Au total, près d'un enfant sur deux (46%) sera pauvre d'ici la fin de l'année, soit une hausse de 22% par rapport à 2019, si des mesures "rapides et à grande échelle" ne sont pas prises, estiment les deux organisations dans un communiqué. 

"Cette augmentation considérable ramènerait l'Amérique latine et les Caraïbes à des niveaux similaires à ceux d'il y a près de dix ans et inverserait considérablement les progrès réalisés dans la lutte contre la pauvreté des enfants dans la majeure partie de la région au cours du 21e siècle", s'alarme Monica Rubio, conseillère en politique sociale de l'Unicef pour la région. 

Selon les deux organisations, la crise économique générée par l'épidémie de Covid-19 va notamment creuser l'écart entre les enfants des familles pauvres et ceux des familles riches, alors que le PIB en Amérique latine et dans les Caraïbes devrait connaître une baisse de 5,3%. 

Une précarité qui, à long terme, entraîne des risques sanitaires

L'Amérique du Sud pourrait être la plus touchée, avec une augmentation de près de 30 % des enfants vivant dans des ménages pauvres, soit 11 millions de plus qu'en 2019. Dans les Caraïbes, l'augmentation pourrait atteindre 19%, soit un million de plus, tandis qu'en Amérique centrale et au Mexique, elle pourrait s'élever à 13%, soit quelque 4 millions d'enfants pauvres supplémentaires. 

L'Unicef et Save the children appellent les autorités à multiplier les programmes de protection sociale, à travers notamment des aides en espèces aux familles ainsi que des repas scolaires.

"Allons-nous permettre que se soit les enfants qui payent la facture du Covid-19 ? Il est de plus en plus évident que les conséquences de cette privation économique sur les enfants peuvent être durables, voire irréversibles", souligne Monica Rubio.

Selon l'agence onusienne et l'ONG, une perte de revenus immédiate signifie que les familles ont moins de chances d'avoir accès à une alimentation suffisante, à des soins médicaux et d'assurer une éducation à leurs enfants. A plus long terme, il y a une augmentation des risques que les enfants soient contraints de travailler, soient victimes de violences ou de problèmes de santé mentale.

H.G. avec AFP