BFMTV
International

Une Tunisienne: «Je ne m'imaginais pas voter un jour»

Une votante devant un bureau de vote de Tunis, dimanche.

Une votante devant un bureau de vote de Tunis, dimanche. - -

Neuf mois après avoir fait tomber le régime de Ben Ali, les Tunisiens ont été 90% à se rendre aux urnes dimanche. Certains ont vécu ce rendez-vous le rendez-vous démocratique comme un événement personnel très fort. Témoignages RMC.

Ce lundi matin, le taux de participation - encore provisoire - au scrutin de la veille en Tunisie laissait rêveur: 90%. Les électeurs étaient appelés à choisir une assemblée constituante, qui sera ensuite chargée d'organiser le prochain régime. Face à cette affluence, la proclamation des résultats a été repoussée au minimum à mardi soir.

«J'ai eu les larmes aux yeux»

Après 23 ans d'autoritarisme imposés par le président déchu Zine al-Abidine Ben Ali, ce rendez-vous avec les urnes s'est révélé une expérience exceptionnelle pour beaucoup de Tunisiens. « J'ai eu les larmes aux yeux. Le trac comme si je passais le bac », témoigne Keffi à la sortie d'un bureau de vote de Carthage. « Je vais garder ça comme souvenir pour mes vieux jours. Je n'avais jamais voté de ma vie et je ne m'imaginais pas voter un jour. Je ne savais même pas comment ça se passait, on a peur de mal faire ! De ne pas mettre la croix où il faut, de salir le bulletin avec l'encre... C'est une naissance ».

Sous Ben Ali, «on amenait les électeurs de force»

Sabri, jeune étudiante, dit s'être sentie « libre pour la première fois de ma vie. C'est la fête en Tunisie, tout le monde est dehors, personne ne travaille. C'est la première fois que tu sens que tous les Tunisiens sont ensemble pour faire quelque chose. Personne ne te contrôle pour te dire quoi faire ou pas. Maintenant, tu choisis ce que tu veux c'est tout ». Hamid, administrateur d'entreprise, rappelle que sous Ben Ali, « on amenait les électeurs de force, on leur donnait un sandwich et un peu d'argent. Mais tu savais très bien qu'ils étaient manipulés ».