BFMTV

Une opération médicale pourrait retarder la ménopause de 20 ans

Un scientifique

Un scientifique - GEORGE FREY / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

Des spécialistes de la fécondation in-vitro en Grande-Bretagne ont mis au point une procédure médicale permettant aux femmes de retarder la ménopause de 20 ans.

Une procédure médicale permettant aux femmes de retarder la ménopause jusqu'à 20 ans a été dévoilée par des spécialistes de la fécondation in-vitro en Grande-Bretagne, explique The Guardian.

Les médecins affirment que l'opération pourrait aussi bénéficier à des milliers de femmes souffrant de problèmes cardiaques ou de l'ostéoporose qui affaiblit les os et qui est provoquée par la ménopause.

Mais la procédure vise en premier lieu à retarder l'apparition des symptômes les plus courants de la ménopause, qui vont de la déprime à l'anxiété et aux problèmes de sommeil en passant par les bouffées de chaleur, les sueurs nocturnes et une libido réduite. Pour un coût allant de 7 000 à 11.000 £, l'opération peut être proposée aux femmes de moins de 40 ans.

Neuf femmes ont déjà été opérées

Les médecins prélèvent un petit morceau de tissu ovarien qui est ensuite congelé pour le garder intact. Pour l'instant, neuf femmes ont déjà fait l'opération. Par la suite, à l'arrivée de la ménopause, le tissu est greffé sur une partie du corps avec un bon apport sanguin comme l'aisselle. Si le tissu survit à la greffe, il permet d'augmenter le niveau d'hormones qui baisse à la ménopause. 

"Il s'agit du premier projet au monde à fournir une cryopréservation du tissu ovarien à des femmes en bonne santé, uniquement pour retarder la ménopause", a déclaré le directeur médical du processus, Yousri Afifi, au Sunday Times.

Les médecins utilisent déjà un processus similaire pour protéger la fertilité des filles et des femmes qui ont un traitement contre le cancer. La mesure dans laquelle l'opération retardera la ménopause dépend de l'âge auquel le tissu est prélevé et à quel moment il est greffé. Les tissus prélevés chez une femme de 25 ans pourraient retarder la ménopause de 20 ans, tandis que ceux prélevés sur une femme de 40 ans ne pourraient retarder son apparition que de cinq ans.

Faire des économies et améliorer la fertilité

Les médecins estiment cela pourrait également permettre de réaliser des économies en réduisant les coûts de traitement de la ménopause. Mais cela pourrait aussi changer le traitement actuel de la fertilité. Contrairement à la fécondation in-vitro, la préservation du tissu ovarien ne nécessite pas de médicaments pour stimuler les ovaires et est susceptible de produire beaucoup plus d'ovules. Les femmes pourraient même se faire greffer une partie de leurs tissus pour rétablir leur fertilité avant de fonder une famille, et garder le reste pour retarder la ménopause plus tard.

Alexandra Jaegy