BFMTV
International

Ukraine: la Russie va réduire "radicalement" son activité militaire dans les régions de Kiev et Tcherniguiv

Des piétons passent devant des soldats qui montent la garde devant le bâtiment de l'administration régionale de Mykolaïv touché par des roquettes russes, le 29 mars 2022

Des piétons passent devant des soldats qui montent la garde devant le bâtiment de l'administration régionale de Mykolaïv touché par des roquettes russes, le 29 mars 2022 - BULENT KILIC © 2019 AFP

Suite aux pourparlers "substantiels" de ce mardi à Istanbul, la Russie promet de calmer le jeu militaire en direction de Kiev et Tcherniguiv.

La Russie a promis ce mardi de "radicalement" réduire son activité militaire en direction de Kiev et Tcherniguiv en Ukraine, après des pourparlers russo-ukrainiens "substantiels" à Istanbul.

"Les négociations sur un accord sur la neutralité et le statut non-nucléaire de l'Ukraine entrant dans une dimension pratique (...), il a été décidé, pour accroître la confiance, de réduire radicalement l'activité militaire en direction de Kiev et Tcherniguiv", a déclaré à Istanbul le vice-ministre russe de la Défense, Alexandre Fomine, à l'issue des discussions.

Le chef de la délégation russe et représentant du Kremlin, Vladimir Medinski, a fait état de "discussions substantielles" et dit que les propositions "claires" de l'Ukraine en vue d'un accord allaient être "étudiées très prochainement et soumises au président" Vladimir Poutine.

Toujours pas de rencontre prévue entre les dirigeants russe et ukrainien

Selon lui, une rencontre des dirigeants ukrainien Volodymyr Zelensky et russe Vladimir Poutine, et de représentants d'Etats garants, serait possible en cas d'accord pour mettre fin aux hostilités.

"En ce qui concerne une rencontre des deux présidents, nous avons dit depuis le début qu'elle sera possible lorsqu'il y aura un accord (...) La rencontre pourrait être multilatérale, avec la participation d'Etats garants", a-t-il dit.

"Après la discussion substantielle d'aujourd'hui, nous nous sommes entendus et proposons que la rencontre se fasse pour parapher l'accord", a-t-il dit.

"A condition d'(effectuer) un travail rapide sur l'accord, et de trouver les compromis nécessaires, la possibilité de conclure la paix se rapprochera", a encore dit Vladimir Medinski.

M.A.L avec AFP