BFMTV

Tunisie: six membres des forces de sécurité tués dans une attaque

Un membre des forces spéciales tunisiennes. (Photo d'illustration)

Un membre des forces spéciales tunisiennes. (Photo d'illustration) - FETHI BELAID / AFP

Ce dimanche, dans le nord-ouest de la Tunisie, près de la frontière avec l'Algérie, six membres des forces de l'ordre tunisiennes sont morts à l'issue de l'explosion d'une mine. Le gouvernement évoque une attaque "terroriste".

Six membres des forces de l'ordre ont été tués dimanche dans le nord-ouest de la Tunisie dans une opération "terroriste" selon les autorités, l'attaque la plus meurtrière depuis plus de deux ans. Cette attaque intervient alors que la Tunisie, secouée par une crise politique, espère faire cette année une très bonne saison touristique à la faveur de l'amélioration de la sécurité qui a permis le retour en force des tour-opérateurs.

Des recherches sont en cours 

Six agents de la Garde nationale ont été tués dans l'explosion d'une mine près de la frontière avec l'Algérie, dans le secteur de Ain Sultan, dans la province de Jendouba, a indiqué le ministère de l'Intérieur, qui précise que l'attaque a eu lieu à 11H45 (10H45 GMT). Un porte-parole du ministère, le général Sofiene al-Zaq, qui avait fait état dans un premier temps de huit morts, a qualifié l'attaque de "terroriste". Il a ajouté que des assaillants "ont ouvert le feu sur les forces de sécurité" après l'explosion de la mine. "Des opérations de recherche des terroristes" sont en cours, avec l'aide de l'armée, selon lui.

Aucun groupe n'a encore revendiqué l'attaque menée dans l'une des zones frontalières montagneuses où sont implantés les deux principaux groupes extrémistes, la phalange Okba ibn Nafaa, branche d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), et Jund al Khalifa, affilié au groupe Etat islamique (EI).

R.V. avec AFP