BFMTV

Suisse: une pétition contre la viande de chiens et chats

En Suisse, une pétition a été lancée pour que chiens et chats ne finissent plus à la casserole. (Photo d'illustration)

En Suisse, une pétition a été lancée pour que chiens et chats ne finissent plus à la casserole. (Photo d'illustration) - Janek Skarzynski - AFP

Près de 3% des Suisses, notamment dans la région de Lucerne et de Berne, consomment "en cachette" du chat ou du chien, cuisinés comme du lapin ou transformés en saucisses. C'est en tout cas ce que dénonce une association helvète, qui a déposé une pétition signée par 16.000 personnes au parlement.

Des chiens réduits en saucisses et des chats cuisinés façon lapin chasseur: ces drôles de recettes, certains Suisses en feraient encore leurs délices chaque année. C'est en tout cas ce que dénonce une association de défense des animaux qui a déposé, ce mardi, une pétition devant le parlement pour en finir avec cette pratique culinaire.

16.000 signatures recueillies

La pétition, qui demande l'interdiction de la consommation de viande de chat et de chien en Suisse, a recueilli quelque 16.000 signatures, à l'initiative de l'association SOS Chats Noiraigue.

"Environ 3% des Suisses mangent en cachette du chat ou du chien. On le voit surtout dans la région de Lucerne, dans l'Appenzell, dans le Jura et dans le canton de Berne", a expliqué Tomi Tomek, la présidente et fondatrice de l'association. Le nombre d'animaux concernés est toutefois difficile à chiffrer, a reconnu la présidente de l'association.

La viande de chien est principalement utilisée pour faire des saucisses et de la graisse contre les rhumatismes. Quant à la viande de chat, elle est consommée plutôt en famille et cuisinée comme du lapin pendant la période de Noël, en particulier dans les cantons de Berne, de Lucerne et du Jura, relève SOS Chats Noiraigue.

"Les Suisses doivent nettoyer devant leur porte"

"Le parlement ne fera rien si la population ne se révolte pas. Les Suisses doivent nettoyer devant leur porte", a ajouté Tomi Tomek. "Aujourd'hui on ne peut rien faire puisqu'il n'est pas interdit par la loi de manger son chien ou son chat, on ne peut même pas dénoncer ceux qui se livrent à cette pratique, nous demandons simplement l'ajout d'un paragraphe à la loi sur la protection des animaux domestiques", a-t-elle poursuivi. 

L'association a obtenu l'interdiction du commerce des peaux de chat en 2013.

La pétition a été signée par diverses personnalités, en particulier en France de Brigitte Bardot et du présentateur de télévision Michel Drucker, qui apparaît dans ses émissions généralement accompagné de son chien. 

Jé. M. avec AFP