BFMTV

Scandales de pédophilie: le pape évoque sa "honte" face à "l'échec" des autorités de l'Eglise

Le pape François et le Premier ministre irlandais samedi 25 août 2018.

Le pape François et le Premier ministre irlandais samedi 25 août 2018. - Tiziana FABI / AFP

Le Premier ministre irlandais, Leo Varadkar a par ailleurs appelé le souverain pontife à user de sa "position" et de son "influence" pour faire en sorte que "justice" soit rendue aux victimes d'abus sexuels.

En visite en Irlande ce samedi à l'occasion de la rencontre mondiale des familles organisée à Dublin jusqu'à dimanche, le pape François a évoqué sa "honte" face à "l'échec" des autorités de l'Eglise pour affronter de manière adéquate les "crimes ignobles" du clergé en Irlande. Cette annonce fait suite à l'annonce, la semaine dernière, d'agressions sexuelles commises par des membres du clergé sur un millier de mineurs en Pennsylvanie. 

"L'échec des autorités ecclésiastiques - évêques, supérieurs religieux, prêtres et autres - pour affronter de manière adéquate ces crimes ignobles a justement suscité l'indignation et reste une cause de souffrance et de honte pour la communauté catholique. Moi-même, je partage ces sentiments", a-t-il déclaré devant les autorités politiques et civiles irlandaises peu après son arrivée dans le pays.

Les dirigeants de l'Église catholique irlandaise sont notamment accusés d'avoir couvert des centaines de prêtres soupçonnés d'avoir commis des abus sexuels sur des milliers d'enfants pendant plusieurs décennies.

"Je ne peux que reconnaître le grave scandale causé en Irlande par les abus sur les mineurs de la part des membres de l'Église chargés de les protéger et de les éduquer", a commenté le pape, qui a eu une pensée particulière aussi pour "les femmes qui dans le passé ont subi des situations particulièrement difficiles". 

Plusieurs enquêtes ont notamment révélé l'ampleur des pratiques d'adoptions illégales d'enfants nés de femmes non mariées, réalisées par l'État irlandais avec la complicité de l'Église catholique.

Un appel du premier ministre pour rendre justice aux victimes

Peu avant, le Premier ministre irlandais Leo Varadkar a appelé le souverain pontife à user de sa "position" et de son "influence" pour faire en sorte que "justice" soit rendue aux victimes d'abus sexuels commis par des ecclésiastiques dans "le monde entier".

"Les blessures sont encore ouvertes et il y a beaucoup à faire pour que les victimes et les survivants obtiennent justice, vérité et guérison. Saint-Père, je vous demande d'utiliser votre position et votre influence pour que cela se fasse ici en Irlande et dans le monde entier", a déclaré Leo Varadkar à l'occasion de la visite du souverain pontife en Irlande.

"Nous devons à présent veiller à ce que les paroles soient suivies par des actes", a-t-il insisté, lors d'un discours au château de Dublin aux côtés du souverain pontife. "Par-dessus tout, Saint-Père, je vous demande d'écouter les victimes", a ajouté le Premier ministre alors que, depuis 2002, plus de 14.500 personnes se sont déclarées victimes d'abus sexuels commis par des prêtres en Irlande.

Cy.C avec AFP