BFMTV

Sahel: le drone Reaper, le nouvel atout de l'armée française contre les jihadistes

Il s'appelle le drone Reaper, et il est la nouvelle arme déployée par l'armée Française dans le ciel sahélien afin de lutter contre le jihadisme. Spécialistes et officiers ont décrit cet engin pour notre antenne ce lundi matin.

C'est un moyen supplémentaire pour lutter contre les jihadistes dans le Sahel. Le drone Reaper est le nom du nouvel atout de l'opération Barkhane, cette campagne menée par l'armée française dans un sud du Sahara harcelé par l'islamisme, comme l'a montré notre reportage ce lundi matin.

4, 5 tonnes et 20 mètres d'envergure 

Nos armées disposent de cinq exemplaires de ces engins, qui équipent aussi les troupes américaines et britanniques. La France espère même en employer trente à l'horizon 2024. Il faut dire que, tandis que le chef de l'Etat reçoit les membres du G5 Sahel ce lundi après-midi pour évoquer la situation militaire sur zone, le drone Reaper s'est imposé comme un allié de poids.

La bête est lourde de 4,5 tonnes pour 20 mètres d'envergure et 4 de hauteur. En principe, l'appareil est chargé de missions d'observation en vue de récolter des renseignements. Mais il peut aussi frapper.

"Nous avons armé le drone Reaper avec une bombe que nous utilisons aussi sur nos Mirage. L’intérêt, c’est que quand vous êtes en train de surveiller une zone, vous identifiez des ennemis, il y a un besoin urgent de traiter cette cible, eh bien le drone armé va pouvoir le faire", a expliqué le chef d'état-major de l'armée de l'Air, Philippe Lavigne. 

Nouvelle donne 

Ces drones sont dirigés depuis une cabine de commandement au sol. Jérôme Pellistrandi, rédacteur en chef de la revue Défense nationale, a dépeint le profil des pilotes: "Ce sont des officiers qui ont suivi un cursus de formation très complet, dont le pilotage d’avions légers et qui vont donc être formés pour piloter ces drones et ils vont le faire déployer en opération à côté de leurs machines."

Jean-Christophe Noël, chercheur associé à l'Institut français des relations internationales, y voit une nouvelle donne dans la maîtrise de l'air:

"Ça change complètement la guerre aérienne car on a un nouvel acteur qui arrive, en plus des avions de chasse et des avions de transport, en plus des hélicoptères, on a ces drones. Ils ont cette capacité à rester très longtemps sur un terrain et sont capables justement de gérer tout ce temps long, ce qui était difficile à faire avec tous ces avions de chasse car ça nécessitait de grands dispositifs."
Robin Verner, avec Adrien Portron