BFMTV
International

Que sait-on de ce nuage de méthane provenant des gazoducs Nord Stream qui a survolé la France?

Bouillonnements en Mer Baltique après trois grandes fuites dans les gazoducs Nord Stream 1 et 2, le 27 septembre 2022

Bouillonnements en Mer Baltique après trois grandes fuites dans les gazoducs Nord Stream 1 et 2, le 27 septembre 2022 - HANDOUT / DANISH DEFENCE / AFP

Si le méthane n'est pas dangereux pour la santé humaine, il s'agit d'un gaz à effet de serre bien plus puissant que le CO2 et donc responsable du réchauffement climatique.

L'enquête se poursuit autour des incidents des gazoducs Nord Stream 1 et 2, identifiés comme un sabotage. Quatre fuites spectaculaires ont été décelées après des explosions sous-marines le 26 septembre au large de l'île danoise de Bornholm, entre le sud de la Suède et la Pologne.

Alors que les bouillonnements dans l'eau au-dessus de Nord Stream 2 n'avaient toujours pas cessé ce mercredi, selon les gardes-côtes suédois, c'est aujourd'hui une autre conséquence de ces fuites qui inquiète.

Si aucun des deux gazoducs ne transportait du gaz au moment des explosions, ils contenaient encore du méthane sous pression, qui a notamment provoqué les bouillonnements. Mais celui-ci s'est également échappé dans l'atmosphère. Bien qu'invisible à l'œil nu, des modélisations montrent qu'un nuage de méthane a survolé plusieurs pays, dont la France.

Des émissions comparables à celles de Paris sur une année

Les images de l'institut Icos (Integrated Carbon Observation System), chargé d'observer les flux des gaz à effet de serre en Europe, montrent que ce nuage de méthane a d'abord survolé la Finlande, la Suède et la Norvège pour ensuite passer au-dessus des côtes de la Mer du Nord puis du Royaume-Uni avant d'atteindre la France.

Il est difficile pour les scientifiques d'estimer la quantité de méthane s'étant échappé des gazoducs. Toutefois, l'Icos la compare aux émissions dégagées sur une année entière de villes comme Paris, et d'un pays entier comme le Danemark.

Le méthane n'est néanmoins pas directement dangereux pour la santé humaine, d'autant plus que, dans le présent cas, le nuage se déplace en haute altitude.

L'un des gaz à effet de serre les plus puissants

Il n'est pas considéré comme toxique pour l'être humain, mais cela est loin d'être le cas pour la planète. "C'est le deuxième gaz à effet de serre anthropique le plus abondant dans notre atmosphère à l'origine du changement climatique", explique l'Agence spatiale européenne.

"Le méthane est l'un des gaz à effet de serre les plus puissants. Sur une période de 100 ans, il réchauffe l'atmosphère environ 30 fois plus que le dioxyde de carbone (CO2)", écrit ainsi l'Icos.

Bien que le méthane se dissolve partiellement dans l'eau et qu'il soit moins persistant dans l'atmosphère que le dioxyde de carbone, il est considéré comme responsable de près du tiers du réchauffement de la planète déjà enregistré.

"Si c'était délibéré, c'est un crime environnemental", déclarait ainsi Jeffrey Kargel, du Planetary Research Institute d'Arizona, après les explosions.

"Mais si la quantité de gaz est évidemment importante, ce n'est pas le désastre climatique auquel on pourrait penser", tempérait-il néanmoins. Abondant dans le même sens, l'Agence spatiale européenne écrit: "le rejet de Nord Stream fait pâle figure en comparaison des 80 millions de tonnes émises chaque année par l'industrie pétrolière et gazière".

Salomé Robles