BFMTV

Otages: Obama reproche à la France de payer des rançons

Barack Obama assure que la France paie des rançons.

Barack Obama assure que la France paie des rançons. - Mandel Ngan - AFP

En dépit des nombreuses dénégations de Laurent Fabius, la France paie des rançons pour obtenir la libération de ses otages, a assuré Barack Obama au New York Times. Une attitude qui agace le chef d'Etat américain.

La France paie-t-elle des rançons pour obtenir la libération de ses otages? Barack Obama, dans une interview publiée le 13 septembre par le New York Times, assure que oui.

Cité par le journaliste Peter Baker, le chef d'Etat américain a "remarqué avec irritation que le Président français François Hollande dit que son pays ne le fait pas, alors que dans les faits il paie".

Pressions américaines sur les familles

Une affirmation qui vient s'ajouter aux nombreux soupçons que porte la presse américaine: la France serait le pays le plus "généreux" en terme de paiement de rançons, avec 58 millions de dollars versés entre 2008 et 2014.

La polémique ne semble pas prête de s'éteindre, alors que les Etats-Unis refusent catégoriquement de payer pour obtenir la libération de ses otages. Le débat a été relancé lors de la mort de James Foley, pour qui les jihadistes avaient demandé une rançon de 100 millions de dollars.

La famille de cet américain, qui a été décapité par l'Etat islamique, a en effet annoncé qu'elle avait été menacée de poursuites par l'administration si elle avait essayé de payer la rançon demandé par les jihadistes. La famille de Steven Sotloff assure avoir subi les mêmes pressions.

Fabius nie

Les Etats-Unis refusent de payer des rançons pour éviter que leurs ressortissants soient enlevés, mais aussi pour ne pas financer des groupes terroristes. 

En août dernier, Laurent Fabius avait encore nié au micro de BFMTV que la France payait pour obtenir la libération de ses otages: "Je vous l'ai déjà dit à ce micro, je vous le confirme, l'Etat français ne paie pas de rançons." Une déclaration confirmée lundi matin par le ministre des Affaires étrangères, sur son compte Twitter.

dossier :

Barack Obama

Maxence Kagni