BFMTV

MH370: les enquêteurs australiens privilégient l’accident au crash volontaire

Des équipes australiennes recherchent des débris du MH370, le 7 avril 2014.

Des équipes australiennes recherchent des débris du MH370, le 7 avril 2014. - LSIS BRADLEY DARVILL / AUSTRALIAN DEFENCE / AFP

Pour les enquêteurs australien, le crash du vol MH370 est un accident et non un suicide du pilote. Selon eux, celui-ci était inconscient comme en témoigne la trajectoire de l'avion au moment du crash.

Quatre ans après, le mystère plane toujours autour du MH370, disparu en 2014 avec 227 passagers et 12 membres d’équipage. Après le retour de la théorie du suicide il y a un mois, deux enquêteurs du bureau de sécurité aérienne australien affirment de leur côté, que l’avion a été victime d’un accident et non d’un acte délibéré, comme le révèle CNN.

Peter Foley et Greg Hood, qui ont mené les recherches dans l’Océan Indien pendant quatre ans l’assure, la disparition de l’avion est due à un accident. Pour le bureau de sécurité aérienne australienne, Zaharie Ahmad Shah, le pilote, était sûrement inconscient quand l’avion s’était abimé dans l’Océan Indien. Les enquêteurs s’appuient sur un volet de l’avion retrouvé en 2015 sur les côtes de Tanzanie, laissant penser qu’il n’avait pas été déployé et que l’avion n’était pas piloté au moment du crash.

Dépression et divorce

La thèse du crash volontaire avait été remis au goût du jour après les révélations de plusieurs experts notamment, un ancien enquêteur canadien en avril dernier, qui avait déclaré à la télévision australienne que le pilote avait éteint son transpondeur, un appareil qui permet de déterminer la position de l’avion, dépressurisé la cabine endormant les passagers, avant de crasher l’avion dans l’Océan indien. Pour expliquer les raisons de cet acte, les experts s'appuyaient sur le supposé état dépressif du pilote, dû à son récent divorce.

Pas de descente maîtrisée

Pour Peter Foley, le pilote était inconscient, souffrant comme les passagers de la décompression de la cabine. De plus, des preuves semblent montrer que l’avion a perdu rapidement de l’altitude effectuant une spirale dans les airs plutôt qu’une descente maîtrisée.

Le 8 mars 2014, le vol MH370 de la compagnie Malaysia Airlines, un Boeing 777-200, avait décollé de Kuala-Lumpur en Malaisie et devait rejoindre Pékin. Il avait disparu des radars après 40 minutes de vol, puis le transpondeur avait été coupé. Des débris de l'avion avaient été retrouvés sur les côtes du Mozambique, de la Tanzanie et de l'île de la Réunion.

Guillaume Dussourt