BFMTV

Lancé en Allemagne, l'accueil des réfugiés façon "Airbnb" arrive en France

Une manifestation à Dresde en Allemagne, le 29 août 2015

Une manifestation à Dresde en Allemagne, le 29 août 2015 - ROBERT MICHAEL / AFP

Lancé en décembre 2014, le site "Refugees Welcome" met en relation des migrants et des citoyens allemands volontaires pour accueillir chez eux des réfugiés. Son équivalent français, "Comme à la maison", commence à se développer.

"Pourquoi les réfugiés en Allemagne ne pourraient-ils pas partager un appartement plutôt que de vivre dans des hébergements d'urgence? Nous pensons la même chose et trouvons un moyen de le rendre possible". La formulation est incitative et semble toucher les Allemands, puisque 134 réfugiés ont déjà été accueillis dans des foyers outre-Rhin. Lancé en décembre 2014, la plateforme "Refugees welcome" (Bienvenue aux réfugiés) propose de mettre en relation des particuliers et des migrants choisis par l'intermédiaire d'organisations humanitaires. 

Du financement participatif pour aider les particuliers

Le principe est simple pour les familles d'accueil: après une inscription en ligne, il suffit de remplir une fiche descriptive de son logement, comme le feraient les propriétaires qui souhaitent louer leur appartement à des touristes sur Airbnb. Les équipes de "Refugees Welcome" mettent ensuite les particuliers en contact avec des réfugiés récemment arrivés dans leur ville et "qui (leur) correspondent".

"Vous n'avez pas à payer le loyer vous-même" prévient le site, qui propose d'aider financièrement les particuliers grâce à des dons mensuels issus du financement participatif. S'en suit la présentation entre le particulier et le réfugié, "après que vous ayez appris à vous connaître, votre nouveau colocataire emménage" poursuit le site, assurant que l'équipe de "Refugees Welcome" restera en contact avec les particuliers. 

En août, Jonas Kakoschke, l'un des fondateurs du site, expliquait aux journalistes de AJ+ que "le but est que les réfugiés sortent des hébergements d'urgence, car ils sont souvent situés en périphérie des villes, ce qui rend vraiment difficile pour eux de s'intégrer à la société allemande".

A ce jour, 134 migrants ont trouvé un foyer à travers toute l'Allemagne. Le site a aussi sa version autrichienne, où 52 réfugiés ont pu trouver un colocataire. Selon le site, les réfugiés viennent de Syrie, de Tunisie, d'Afghanistan, d'Irak mais aussi de pays d'Afrique subsaharienne comme le Kenya, le Mali ou le Niger. 

"Comme à la maison", la version française

L'initiative allemande a séduit en France, puisque le dispositif "Calm" (Comme à la maison) va permettre d'accueillir une vingtaine de réfugiés dès le mois de septembre, selon Rue89.

"Calm" a été lancé par l'association Singa. Sur son site on peut lire que Singa "favorise l'émergence d'espaces et d'outils de rencontre, d'échange et de collaboration entre les réfugiés et leur société, afin de favoriser le vivre ensemble (...)". Le principe est le même que "Refugees welcome" puisque le site promeut "l'inclusion socio-professionnelle des personnes qui fuient la persécution". 

En Allemagne 173.070 personnes ont fait une demande d'asile en 2014, en France on en comptait 59.030 sur la même période.

Les Islandais se mobilisent via Facebook 

Les Allemands et les Français ne sont pas les seuls à se mobiliser spontanément pour l'accueil des réfugiés, puisque les Islandais se sont eux aussi organisés pour accueillir des migrants. La page Facebook "La Syrie lance un appel" comptabilise 16.000 participants. Un questionnaire Google recense aussi les ressources proposées par les Islandais pour aider les réfugiés. Selon le blog Big Browser du Monde, les résultats seront envoyés à la Croix-Rouge et au ministère des affaires sociales. Initialement, le gouvernement islandais avait annoncé qu'il pouvait accueillir 50 réfugiés en 2015 et 2016. Mais ce mercredi, le ministre des Affaires étrangère a affirmé "nous pouvons faire plus". 

Mélanie Longuet