BFMTV

4.000 civils syriens ont fui l'est d'Alep en moins de vingt-quatre heures 

Un bâtiment détruit par des frappes aériennes dans le quartier tenu par les rebelles à Alep, en Syrie

Un bâtiment détruit par des frappes aériennes dans le quartier tenu par les rebelles à Alep, en Syrie - Thaer Mohammed-AFP

Plus de 4.000 civils ont fui en moins de vingt-quatre heures la partie rebelle de la ville syrienne d'Alep, face à l'avancée rapide des forces du régime, selon un nouveau chiffre de l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

"Depuis la nuit, près de 1.700 civils ont fui vers les zones gouvernementales, tandis que plus de 2.500 autres se sont réfugiés dans le quartier kurde de Cheikh Maqsoud", entre les deux parties de la métropole divisée, a déclaré l'OSDH ce dimanche.

Largages de barils d'explosifs

Cet exode inédit depuis 2012 intervient après la capture samedi par les troupes du régime de Bachar al-Assad de Massaken Hanano, le plus grand des quartiers d'Alep-est que l'armée veut à tout prix reprendre.

Le régime syrien, appuyé par l'armée russe, n'hésite pas à recourir à des frappes aériennes sur les populations civiles. Depuis septembre dernier, Damas a intensifié les bombardements. L'OSDH a fait état de raids de l'aviation russe et de largages de barils d'explosifs au cours des derniers mois. Le plus grand hôpital de la ville a été détruit par ces barils.

Céline Hussonnois-Alaya avec AFP