BFMTV

Obama: les Palestiniens "méritent leur propre Etat"

Barack Obama lors d'une conférence de presse conjointe avec le dirigeant palestinien Mahmoud Abbas à Ramallah en Cisjordanie, le 21 mars 2013

Barack Obama lors d'une conférence de presse conjointe avec le dirigeant palestinien Mahmoud Abbas à Ramallah en Cisjordanie, le 21 mars 2013 - -

Jeudi, Barack Obama était en visite à Ramallah, siège de l'autorité palestinienne. Une première en tant que président américain.

Le président américain Barack Obama rencontrait jeudi à Ramallah en Cisjordanie, le dirigeant palestinien Mahmoud Abbas. Lors d'une conférence de presse conjointe, il a affirmé que les Palestiniens "méritent leur propre Etat".

"Je suis revenu en Cisjordanie parce que les Etats-Unis sont profondément engagés en faveur de la création d'un Etat de Palestine indépendant et souverain", a affirmé Obama qui visite Ramallah pour la première fois en tant que président américain.

"La possibilité d'une solution à deux Etats" israélien et palestinien "continuait à exister", a-t-il ajouté, critiquant au passage la colonisation israélienne qui "ne fait pas avancer la paix". C'est justement sur ce point que se cristallisent désormais les blocages à la relance du processus de paix, les Palestiniens estimant que l'arrêt des colonies est un préalable à toute nouvelle négociation.

Le tir de roquettes contre Israël condamné

Avant cette visite, en début de matinée, un groupe armé de la bande de Gaza, territoire contrôlé par le mouvement islamiste Hamas, a tiré deux roquettes qui se sont abattues dans le sud d'Israël sans faire de blessé. Un tir aussitôt condamné par Obama lors de sa conférence avec Abbas.

"Nous avons encore vu (ce matin) la menace de Gaza avec ces roquettes. Nous condamnons cette violation d'un important cessez-le-feu qui protège les Israéliens comme les Palestiniens", a-t-il déclaré, faisant référence à la trêve conclue fin novembre entre Israël et le mouvement islamiste Hamas au pouvoir à Gaza.

"Nous tenons à une trêve bilatérale et complète"

Plus tôt dans la matinée, le président palestinien Mahmoud Abbas avait lui aussi condamné la violence contre les civils, "y compris le tir de roquettes".

"Nous condamnons la violence contre les civils, quelle qu'en soit la source, y compris le tir de roquettes", a déclaré le conseiller politique de la présidence, Nimr Hammad, en citant M. Abbas, selon des propos rapportés par l'agence officielle palestinienne Wafa.

A lui d'ajouter: "Nous tenons à une trêve bilatérale et complète dans la bande de Gaza et approuvons l'accord conclu via médiation égyptienne le 21 novembre 2012".

A LIRE AUSSI:

>> Barack Obama va-t-il relancer le processus de paix au Proche-Orient?