BFMTV

Mort du jeune Palestinien: 3 des 6 suspects avouent leur crime

Le cercueil transportant le corps de Mohammad Abou Khdeir, 16 ans, est porté par la foule à Jérusalem-Est, vendredi 4 juillet, jour des funérailles.

Le cercueil transportant le corps de Mohammad Abou Khdeir, 16 ans, est porté par la foule à Jérusalem-Est, vendredi 4 juillet, jour des funérailles. - -

Selon notre journaliste Patrick Sauce, le quotidien israélien "Haaretz" affirme que trois des six suspects arrêtés après le meurtre du jeune Palestinien Mohammad Abou Khdeir ont avoué leur crime. Leur garde à vue est prolongée de neuf jours.

Selon des informations du quotidien israélien Haaretz, relayées sur Twitter par notre journaliste Patrick Sauce, trois des six suspects arrêtés pour le meurtre du jeune Palestinien Mohammad Abou Khdeir ont avoué leur crime. Ces suspects, des extrêmistes israéliens, ont agi par vengeance et par haine des Arabes selon Haaretz.

Le quotidien israélien a affirmé dimanche que la police israélienne avait arrêté ces six personnes. Lundi, Haaretz a précisé que leur garde à vue était prolongée de neuf jours.

Le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, a téléphoné lundi 7 juillet au père de Mohammad Abou Khdeir, lui exprimant son indignation face à ce meurtre "abominable". "Nous avons agi immédiatement pour arrêter les meurtriers. Nous les jugerons et ils subiront toute la rigueur de la loi", a-t-il ajouté. "Le meurtre de votre enfant est abominable".

Selon @haaretzcom , ce sont désormais 3 des 6 suspects qui ont avoué le meurtre de Mohamed. Mobile: haine des Arabes et vengeance @BFMTV
— Patrick Sauce (@SaucePatrick) July 7, 2014

Le jeune homme de 16 ans a été kidnappé mardi soir dans le quartier de Chouafat à Jérusalem-Est, occupée et annexée par Israël. Son cadavre - entièrement brûlé selon l'avocat de la famille - a été retrouvé quelques heures plus tard mercredi près d'une forêt dans la partie ouest de la ville.

Aucune autre information n'a été divulguée, l'enquête étant soumise à la censure médiatique, mais la police a laissé entendre dimanche, pour la première fois, que cet assassinat pourrait avoir eu des motifs politiques.

"En ce qui concerne le meurtre de l'adolescent de Chouafat, la piste privilégiée dans l'enquête est celle d'un crime à motif nationaliste", avait déclaré à l'AFP Louba Samri, porte-parole de la police.

Les gens arrêtés en lien avec cette affaire appartiennent apparemment à un groupe extrémiste juif", avait déclaré à l'AFP un responsable israélien sous couvert de l'anonymat. Lundi, le journal Haaretz a confirmé que l'un de leurs mobiles était la haine des Arabes.

Les Palestiniens ont accusé des juifs extrémistes

Les Palestiniens ont accusé des juifs extrémistes de l'avoir enlevé et tué en représailles au meurtre de trois étudiants israéliens, enlevé en juin en Cisjordanie et dont les corps avaient été retrouvés lundi. Israël a accusé le mouvement islamiste Hamas de ce triple meurtre.

Selon les rapports préliminaires d'autopsie palestiniens, cités par l'agence palestinienne Maan, il y avait de la fumée dans les poumons du jeune Palestinien, ce qui signifie qu'il était encore en vie quand son corps a été brûlé.

Le garçon a également été blessé à la tête, mais ce n'est pas la cause de la mort, a précisé le procureur général Mohammad Al-Ouweiwi. "Les brûlures qui couvraient 90% du corps et leurs complications sont la cause directe de son décès".

"C'est la première fois que j'entends parler d'une telle manière de tuer, le garçon ayant été brûlé de l'intérieur et de l'extérieur, car il a probablement été forcé à boire du carburant", a déclaré le ministre palestinien chargé de Jérusalem, Adnane al-Husseini, en accusant des colons israéliens.

K. L avec AFP