BFMTV

Gaza: Kerry et Ban Ki-moon au Caire pour arracher un cessez-le-feu

Le Secrétaire d'Etat américain (à droite) et le Secrétaire général de l'ONU se sont retrouvés au Caire, en Egypte, dès lundi pour trouver une solution au conflit qui ravage le Moyen-Orient.

Le Secrétaire d'Etat américain (à droite) et le Secrétaire général de l'ONU se sont retrouvés au Caire, en Egypte, dès lundi pour trouver une solution au conflit qui ravage le Moyen-Orient. - -

Le secrétaire d'Etat américain John Kerry est arrivé lundi soir au Caire où il a rencontré le chef de l'ONU Ban Ki-moon pour tenter de trouver une solution au conflit sanglait qui oppose Israël au Hamas à Gaza.

Le chef de l'ONU et le chef de la diplomatie américaine tentaient mardi d'arracher un cessez-le-feu deux semaines après le début d'une offensive menée par Israël dans la bande de Gaza au bilan humain très lourd: 583 Palestiniens et 31 Israéliens (27 soldats et deux civils) ont été tués.

Mardi matin, l'armée israélienne affichait toutefois sa détermination à poursuivre son offensive."Nous allons poursuivre cette opération pour lutter contre le terrorisme", a déclaré Peter Lerner, un porte-parole de l'armée israélienne. Les médias palestiniens évoquaient pour leur part lundi soir la possibilité d'une trêve humanitaire de quelques heures, mardi, qui permettrait aux habitants de l'enclave palestinienne de s'approvisionner. Mais aucune confirmation n'a été obtenue.

Kerry "profondément inquiet"

Le secrétaire d'Etat américain John Kerry est arrivé lundi soir au Caire où il a rencontré le chef de l'ONU Ban Ki-moon pour tenter de mettre fin à l'opération "Bordure protectrice", lancée le 8 juillet dernier par Israël contre le Hamas.

Depuis le début des hostilités, quelque 2.060 roquettes ont été tirées vers Israël dont près de 1.600 sont tombées en Israël et 396 ont été interceptées par le système anti-missile Iron Dome, selon l'armée.

Au Caire, traditionnel médiateur dans les conflits entre l'Etat hébreu et le mouvement islamiste palestinien, John Kerry a défendu les "efforts légitimes et appropriés" de son allié israélien "pour se protéger" contre les tirs de roquette palestiniens. Mais il s'est dit "profondément inquiet" du sort des civils de la bande de Gaza, premières victimes du conflit dans l'enclave densément peuplée et sous blocus. Il a promis 47 millions de dollars d'aide aux civils à Gaza.

Ban Ki-moon condamnes des violences "inacceptables"

"La violence doit cesser, elle doit cesser immédiatement. Ce que nous avons vu ces derniers jours est inacceptable", a de son côté martelé Ban Ki-moon, attendu mardi en Israël.

Depuis le déclenchement de la guerre, au moins 583 Palestiniens ont été tués et 3.640 blessés, en grande majorité des civils, selon les secours palestiniens. L'armée israélienne, elle, a fait état de 183 "terroristes" tués depuis le déclenchement de l'assaut terrestre.

L'armée israélienne a perdu 27 soldats, soit le bilan le plus lourde puis la guerre de l'été 2006 contre le Hezbollah libanais. La dépouille d'un fantassin du bataillon Golani est toujours portée disparue, selon l'armée, alors que la branche armée du Hamas a revendiqué l'enlèvement d'un soldat.

C. P. avec AFP