BFMTV

Gaza: Israël accepte un cessez-le-feu de 12 heures, Kerry à Paris pour négocier

Un policier israélien en tenue civile pointe son arme vers un Palestinien, tandis que ses collègues arrêtent des manifestants, au cours de heurts ayant éclaté après la traditionnelle prière du vendredi. Jérusalem, le 25 juillet.

Un policier israélien en tenue civile pointe son arme vers un Palestinien, tandis que ses collègues arrêtent des manifestants, au cours de heurts ayant éclaté après la traditionnelle prière du vendredi. Jérusalem, le 25 juillet. - -

Israël a accepté d'observer un cessez-le-feu unilatéral à partir de samedi matin, alors qu'une réunion internationale sur la situation à Gaza aura lieu samedi à Paris en présence du secrétaire d'Etat américain John Kerry.

Israël a accepté d'observer un cessez-le-feu unilatéral de 12 heures à Gaza à partir de samedi matin, selon un responsable américain cité vendredi soir par l'AFP.

"Israël a donné son accord pour un cessez-le-feu à partir de 7 heures samedi" (6 heures heure de Paris), a déclaré le responsable américain, qui accompagne le secrétaire d'Etat John Kerry.

Ce dernier a quitté vendredi Le Caire sans avoir réussi à obtenir une trève plus longue entre Israël et le Hamas. Peu avant cette annonce de cessez-le-feu unilatéral, John Kerry avait annoncé au Caire qu'aucun accord de cessez-le-feu n'avait été obtenu entre le Hamas et Israël, malgré plusieurs jours de tractations intenses.

> Réunion internationale samedi à Paris sur la situation à Gaza

Le secrétaire d'Etat américain John Kerry a par ailleurs annoncé vendredi soir qu'il se rendrait à Paris samedi pour rencontrer ses homologues turc et qatari, deux pays proches du Hamas, ainsi que de hauts responsables de la diplomatie française et britannique.

Pour autant les combats meurtriers se poursuivent à Gaza. Au 18e jour de l'offensive israélienne contre le Hamas, au moins 820 Palestiniens et 34 soldats israéliens sont morts dans un conflit qui menace désormais d'embraser la Cisjordanie.

A Gaza, des roquettes visent toujours Israël ce vendredi et la situation est très tendue en Cisjordanie occupée, où deux Palestiniens ont été tués par balles. Par ailleurs, un soldat israélien est mort vendredi, tué par un obus qui a explosé à proximité d'une école de l'ONU, selon l'armée israélienne.

> Le Hamas revendique des tirs de roquettes vers l'aéroport de Tel-Aviv

Le Hamas a revendiqué vendredi le tir de trois roquettes à longue portée vers l'aéroport international Ben Gourion de Tel-Aviv, en Israël, alors que le trafic aérien international y reste perturbé après la chute d'une roquette à proximité mardi dernier. Un avion d'Air Canada arrivant de Toronto a dû effectuer vendredi une manoeuvre d'attente au-dessus de Tel-Aviv en attendant que l'aéroport israélien, visé par des roquettes, soit sûr, a indiqué une porte-parole du transporteur aérien.

La branche armée du Hamas, les Brigades Ezzedine al-Qassam, "a lancé trois roquettes de type M75 à 11h45 locales (8h45 GMT) en direction de l'aéroport Ben Gourion", selon un communiqué. Interrogée, l'armée israélienne s'est bornée à confirmer que "deux roquettes avaient été interceptées au-dessus de la métropole de Tel-Aviv".

Le mouvement islamiste palestinien pose comme condition à une trêve la levée du blocus qui asphyxie depuis 2006 la bande de Gaza, où une grande partie des 1,8 million d'habitants dépend largement de l'aide humanitaire.

Une exigence répétée dans un entretien à la BBC par le chef du Hamas Khaled Mechaal, en exil au Qatar.

> Le conflit s'exporte en Cisjordanie où des Palestiniens ont été tués

L'ensemble des mouvements palestiniens ont appelé vendredi à un "jour de colère" en Cisjordanie, avec des manifestations à haut risque contre l'opération militaire israélienne à Gaza, selon des sources politiques palestiniennes.

Jeudi soir, qui marquait la Nuit du Destin, une date importante du ramadan, des heurts violents avec les forces de sécurité israéliennes ont eu lieu près de Ramallah, à Jérusalem-Est et dans plusieurs villes de Cisjordanie, telles Naplouse, Hébron, Bethléem ou Tulkarem.

Vendredi, quatre Palestiniens ont été tués en Cisjordanie, trois par l'armée près de Hébron dans le sud, et un autre par des colons près de Naplouse dans le nord, selon des sources médicales et sécuritaires palestiniennes.

> Air France annonce la reprise de ses vols vers Tel-Aviv

Air France a annoncé la reprise de ses vols vers Tel-Aviv à compter de ce vendredi soir, revenant sur la suspension décidée mardi. La première liaison doit décoller de Paris vendredi à 23 heures, a précisé un porte-parole de la compagnie française à l'AFP.

> L'UE appelle à une enquête "rapide" après un tir sur une école de l'ONU

L'Union européenne a appelé vendredi à une "enquête rapide" sur le tir d'obus israélien contre une école de l'ONU, qui a fait 15 morts et 200 blessés jeudi.

"Nous appelons à une enquête immédiate et complète sur cet incident", a déclaré Maja Kocijancic, porte-parole du service diplomatique de l'UE. C'est la quatrième fois que l'Agence pour l'aide aux réfugiés palestiniens (Unrwa) subit des tirs, a souligné la porte-parole, qui a "appelé toutes les parties à respecter l'inviolabilité et l'intégrité de l'Unrwa".

L'UE insiste aussi sur la nécessité de mettre en place des "couloirs humanitaires" pour permettre aux civils qui veulent le faire de fuir les combats.

|||L'ESSENTIEL

• Les combats continuent à Gaza, au moins 820 Palestiniens tués et 34 soldats israéliens

• En Cisjordanie où des heurts ont éclaté, 4 Palestiniens ont été tués vendredi

• Israël a accepté d'observer un cessez-le-feu de 12 heures à partir de samedi matin

• Le secrétaire d'Etat américain John Kerry sera samedi à Paris pour pousser en faveur d'une trêve

D. N. et M. K. et V.R. avec AFP