BFMTV

La Turquie va construire un mur de sécurité à sa frontière avec la Syrie

Un attentat à la voiture piégée attribué par Ankara à la Syrie avait fait 17 morts au poste-frontière entre la Turquie et la Syrie.

Un attentat à la voiture piégée attribué par Ankara à la Syrie avait fait 17 morts au poste-frontière entre la Turquie et la Syrie. - -

Le "mur de sécurité" sera construit sur une petite partie de la frontière entre la Turquie et la Syrie, afin de "mieux la surveiller".

Un "mur de sécurité" va être construit sur une partie de la frontière entre la Turquie et la Syrie. Le ministre turc des Douanes et du Commerce, Hayati Yazici l'a annoncé jeudi.

Ce mur, long de 2,5 km, sera érigé dans une zone située aux environs du poste-frontière de Cilvegözü, dans la province de Hatay (sud), en face du village syrien de Bab al-Hawa, a expliqué Hayati Yazici sur la chaîne d'information NTV.

"Il s'agira de barbelés et d'un mur sur lequel seront installés des caméras de surveillance" pour empêcher les infiltrations depuis la Syrie, a-t-il dit, "cette construction maximisera la sécurité dans cette zone".

Les entrées et sorties restreintes

Un attentat attribué par Ankara au régime de Damas avait fait 46 morts le 11 mai dernier à Reyhanli, près du poste-frontière de Cilvegözü. La Syrie avait démenti toute implication. En février dernier, c'est un attentat à la voiture piégée qui avait été commis au poste de frontière de Cilvegözü. Il avait été aussi attribué à Damas.

Les autorités turques ont par ailleurs décidé mardi de restreindre pendant une période d'un mois les entrées et sorties au seul poste-frontière avec la Syrie encore contrôlé par le gouvernement de Bachar al Assad, à la suite du double attentat à la voiture piégée qui a fait 51 morts le 11 mai dernier à Reyhanli.

Seuls les ressortissants turcs venant de Syrie et les non-Syriens transitant par la Turquie seront autorisés à franchir le poste de Yayladagi, à 90 km de Reyhanli.


À LIRE AUSSI:

>> Attentats en Turquie: la Syrie montrée du doigt
>> Attentats en Turquie: une quarantaine de morts

>> La Syrie dément être derrière les attentats en Turquie