BFMTV

Plusieurs dirigeants appellent à reconnaître Jérusalem-Est comme capitale de la Palestine

Les dirigeants musulmans lors du sommet extraordinaire organisé à Istanbul ce mercredi 13 décembre

Les dirigeants musulmans lors du sommet extraordinaire organisé à Istanbul ce mercredi 13 décembre - KAYHAN ÖZER / Jordanian Royal Palace / AFP

Lors de ce sommet extraordinaire à Istanbul, plusieurs leaders du monde musulman reconnaissent Jérusalem-Est comme la capitale de la Palestine, et appellent d'autres pays à suivre le mouvement.

Lors d'une réunion organisée par le président de la Turquie Recep Tayyip Erdogan à Istanbul, plusieurs dirigeants du monde musulman appellent à reconnaître Jérusalem-Est comme la capitale de la Palestine. 

Parmi la vingtaine de chefs d'État ayant répondu à l'appel de la Turquie figurent le président iranien Hassan Rohani, le roi de Jordanie Abdallah II, l'émir du Qatar cheikh Tamim ben Hamad al-Thani ou encore le Libanais Michel Aoun. 

Ce sommet extraordinaire de l'Organisation de la coopération islamique (OCI) à Istanbul était consacré à la reconnaissance par le président américain Donald Trump de Jérusalem comme capitale d'Israël. Le président turc Recep Tayyip Erdogan s'est exprimé sur ce sujet, en invitant "les pays qui défendent le droit international et la justice à reconnaître Jérusalem occupée comme capitale de la Palestine". 

Mahmoud Abbas fustige Donald Trump

Le leader palestinien Mahmoud Abbas a estimé quant à lui qu'il n'y aurait "ni paix, ni stabilité" sans cela. Pour lui, Donald Trump a "offert Jérusalem comme cadeau" au "mouvement sioniste", "comme s'il lui offrait une des villes américaines", a-t-il estimé dans un discours d'une rare véhémence à l'ouverture du sommet.

Le dirigeant de l'Autorité palestinienne a donc assuré: "nous n'acceptons aucun rôle des États-Unis" dans le processus de paix, estimant que Washington était "partial". "Jérusalem est et restera éternellement la capitale de l'État de Palestine (...) Et il n'y aura ni paix, ni stabilité sans cela".

L'Arabie saoudite appelle à des solutions politiques

Le roi Salmane d'Arabie saoudite a déclaré quant à lui que les Palestiniens avaient le droit de faire de Jérusalem-Est la capitale de l'État auquel ils aspirent, à l'ouverture de la session annuelle du Majlis al-Choura, l'assemblée consultative saoudienne.

"Le royaume ne cesse d'appeler à des solutions politiques aux crises et aux problèmes de la région et, en premier lieu, à la question palestinienne" avec "le droit des Palestiniens de recouvrer leurs droits légitimes, dont le droit de proclamer un État indépendant avec Jérusalem-Est pour capitale", déclare le souverain saoudien.

Les "leaders musulmans" proclament Jérusalem-Est capitale de l'État de Palestine

Suite à ces déclarations, c'est dans un communiqué que les "leaders musulmans" se sont exprimés au sujet de Jérusalem-Est : 

"Nous proclamons Jérusalem-Est capitale de l'Etat de Palestine et appelons les autres pays à reconnaître l'État de Palestine et Jérusalem-Est occupée comme sa capitale", ont déclaré les leaders musulmans dans un communiqué publié à l'issue d'un sommet de l'Organisation de la Coopération islamique (OCI) à Istanbul.

"Un sabotage délibéré de tous les efforts visant à parvenir à la paix"

La décision de Donald Trump "est un sabotage délibéré de tous les efforts visant à parvenir à la paix, nourrit l'extrémisme et le terrorisme et menace la paix et la sécurité mondiales", ont-ils également déclaré dans ce même communiqué.

La mesure américaine de reconnaître Jérusalem-Ouest comme capitale d'Israël a provoqué des manifestations dans plusieurs pays du Proche-Orient et des violences dans les Territoires palestiniens et à Jérusalem. Quatre Palestiniens ont été tués et des centaines blessés depuis jeudi.

S.Z avec AFP