BFMTV

Les Israéliens appelés aux urnes, Benjamin Netanyahu risque la défaite

Le parti de Benjamin Netanyahu, le Likoud est devancé dans les sondages pour les législatives de ce mardi.

Le parti de Benjamin Netanyahu, le Likoud est devancé dans les sondages pour les législatives de ce mardi. - Menahem Kahana - AFP

Les Israéliens sont appelés aux urnes ce mardi pour renouveler la Knesset, le parlement israélien. A la traîne dans les sondages, le Likoud le parti de droite de Benjamin Netanyahu pourrait perdre la majorité et Netanyahu sa place de Premier ministre. 

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu va-t-il garder sa place à la tête du gouvernement? C'est la principale question du scrutin législatif pour lequel les Israéliens sont appelés aux urnes, ce mardi. Après plusieurs mois d'une campagne à l'écho international, la droite peine à convaincre, du moins dans les sondages. Ainsi, le Likoud, le parti du Premier ministre Benjamin Netanyahu n'obtiendrait que 21 sièges à la Knesset. Or, 61 sièges sont nécessaires pour obtenir une majorité (sur les 120 sièges).

En fin de semaine dernière, Benjamin Netanyahu a admis le risque d'une défaite de son parti, alors qu'il brigue un quatrième mandat comme chef de gouvernement. Le Premier ministre est mis en difficulté par l'"Union sioniste", une alliance entre les Travaillistes et le centre-gauche menée par Issac Herzog et Tsipi Livni, l'ancienne ministre de la justice de Netanyahu, pourrait obtenir jusqu'à 25 sièges à la Knesset et arriver en tête du scrutin.

La sécurité argument de Netanyahu

Pour tenter de conserver son électorat, Benjamin Netanyahu a joué la carte sécuritaire, insistant sur l'opposition au nucléaire iranien et installant son parti comme rempart au "terrorisme" qu'il vienne du Hamas ou de Daesh.

A coup de clips vidéo, le Likoud accuse notamment la gauche de jouer le jeu de l'Etat islamique. Argument que réfutent ses opposants qui vantent le "tout sauf Netanyahu". "Il a libéré des terroristes avec du sang sur les mains, il a renforcé le Hamas, tandis que l'Iran pendant son mandat est devenu un Etat qui a atteint le seuil nucléaire", réplique l'Union sioniste. Face à la campagne sécuritaire du Likoud, l'Union sioniste se dit favorable à un Etat palestinien démilitarisé et veut relancer les négociations de paix.

Morcellement de l'électorat

Mais Benjamin Netanyahu n'a pas encore perdu sa place. En effet, le Premier ministre n'est pas forcément le leader du parti arrivé en tête, mais celui qui parvient à rassembler le plus d'alliances et réunir une majorité au Parlement. Avec une dizaine de listes présentes pour cette élection, le risque de morcellement de l'électorat, déjà peu mobilisé, risque de rendre les alliances incontournables et difficiles. La droite compte notamment sur une éventuelle incapacité de la gauche à former une coalition. Le centre pourrait alors jouer un rôle dans les alliances et notamment le Koulanou, parti de centre-droit, mené par un ancien du Likoud. 

Carole Blanchard