BFMTV

Attaques au couteau: les Israéliens incités à se défendre

Certains Israéliens adoptent de nouvelles attitudes pour pouvoir se défendre, comme le spray lacrymogène ou les cours de self-défense. D'autres vont jusqu'à acheter des armes, comme les y encourage le maire de Jérusalem.

20 agressions à l'arme blanche contre des Israéliens et des juifs ont eu lieu en Israël depuis le 3 octobre. Elles ont fait deux morts israéliens et plus d'une vingtaine de blessés. "Une attaque au couteau n’a pas pour fonction première de tuer, mais d’abord de faire peur et le but est atteint", estime le Professeur Shaul Kimhi, psychologue et spécialiste des situations de stress et de résilience liée au "terrorisme". Confronté au profil atypique des auteurs des attaques, l’appareil sécuritaire israélien est pour l’instant démuni.

Résultat de cette situation: la tension est à son comble en Israël. Sans tomber dans la psychose, de nombreux Israéliens sont attentifs et adoptent de nouvelles attitudes pour pouvoir se défendre.

Par exemple, Shani Yagen ne quitte plus son spray lacrymogène. Elle marche dans la rue, la main dans son sac, prête à le sortir à tout instant. "Ce n'est peut-être pas très efficace parce qu'il faut pulvériser à un mètre maximum de l'agresseur. Mais ça me fait sentir en sécurité", explique cette étudiante à BFMTV.

Elle s'est également inscrite à un cours d'auto-défense créé spécialement pour parer à une attaque au couteau. "Je pense qu'à Jérusalem il y a beaucoup de peur comme dans tout le pays, il y a la peur des attaques au couteau comme des autres agressions. Donc c'est vraiment le moment de se mettre au self-défense pour pouvoir se protéger", estime Walther Roy, professeur de self-défense. Cette tendance est loin d'être isolée, à la télévision israélienne, des spécialistes de l’autodéfense sont invités en plateau pour montrer des parades spécifiques, comme le Télématin israélien vendredi dernier.

Les services de secours du Magen David Adom ont, eux, diffusé un tutoriel sur leur compte Youtube pour apprendre au public les gestes qui sauvent. Ils rappellent qu’il ne faut pas toucher à la lame enfoncée dans la victime pour ne pas aggraver l’hémorragie.

Hausse des ventes d'armes

Mais d'autres Israéliens vont encore plus loin. Les vendeurs d'armes notent ainsi une tendance des achats à la hausse. Et les demandes d'autorisation de permis de port d'arme et de renouvellement de permis sont en nette hausse ces derniers jours.

Le maire de Jérusalem patrouille un fusil mitrailleur à la main

Le maire de Jérusalem, Nir Barkat, recommande même à ses administrés de confession juive de s'armer et de le montrer. "Les gens qui ont un port d'armes et les anciens soldats qui ont une expérience du combat savent comment intervenir en cas d'attaque", justifie l'ancien militaire, qui été aperçu en train de patrouiller un fusil mitrailleur à la main.

260.000 Israéliens, soit environ 3,5% de la population, détiennent un permis de port d'arme. La moitiés sont des civils, l'autre moitié travail dans des entreprises de sécurité.

Cette escalade à l'armement ne fait pas l'unanimité. Dans un éditorial, le journal de centre-gauche israélien Haaretz souligne: "Il suffit de regarder les Etats-Unis pour savoir ce qui se passe quand les civils marchent dans les rues armés. Les villes d'Israël sont saturées de policier et personnels de sécurité armés, dont le travail est de protéger le peuple." "Cette tâche ne devrait pas être privatisée, les civils armée ne devraient pas s'y ajouter", conclut le quotidien israélien. 

Karine Lambin avec Laetitia Soudy