BFMTV

Les Iraniennes mobilisées contre une fatwa qui leur interdit de faire du vélo

Un petit garçon à vélo à Chabahar, en Iran, en 2015 (image d'illustration)

Un petit garçon à vélo à Chabahar, en Iran, en 2015 (image d'illustration) - Atta Kenare - AFP

Elles pédalent contre une fatwa. Et se prennent en photo à cheval sur leurs vélos pour dénoncer cette interdiction. Les Iraniennes se mobilisent sur les réseaux sociaux pour continuer à avoir le droit de pédaler.

Les Iraniennes aiment faire du vélo et le montrent en photos. Les réseaux sociaux connaissent un élan de mobilisation contre une fatwa du guide suprême iranien, qui déconseille vivement aux femmes d'enfourcher des bicyclettes. 

Une fatwa, sorte de consultation juridique, a été émise par Ali Khamenei le 10 septembre dernier. Selon l'agence de presse Iran News Update, dirigée par l'opposition en exil, il a déclaré:

"Faire du vélo attire l'attention des hommes et expose la société à la corruption, et surtout cela contrevient à la chasteté des femmes, il faut l'abandonner."

"Les Iraniennes aiment faire du vélo"

Une interdiction qui a rapidement suscité un tollé du côté des féministes iraniennes. Un appel à la mobilisation a aussitôt été lancé sur les réseaux sociaux.

"Voici le nouveau hashtag des Iraniennes qui se battent pour leurs droits, le droit des femmes à faire ce que font les hommes sans aucune réserve #IranianWomenLoveCycling", soit "les Iraniennes aiment faire du vélo", a publié une journaliste iranienne exilée au Royaume-Uni sur sa page Facebook.

Intitulée "My Stealthy Freedom", soit "ma révolution furtive" - du nom de l'association qu'elle a fondée pour promouvoir l'émancipation des femmes - la militante féministe y relaie, ainsi que sur Instagram, les photos postées par des Iraniens et des Iraniennes en train de pédaler afin de dénoncer cette fatwa.

Une mère et sa fille, originaires de Téhéran, se sont ainsi filmées, visages masqués, se déplaçant avec des vélos loués pour l'occasion sur l'île iranienne de Kish, dans le golfe Persique. Elles assurent que la bicyclette fait partie de leurs vies.

"C'est notre droit le plus strict et nous n'abandonnerons pas", a affirmé l'une d'entre elles.

"Moi et mon mari nous n'abandonnerons pas", a témoigné une autre.

"Une pratique contraire à l'islam"

Cette fatwa rappelle la décision prise il y a quelques semaines par les autorités de Marivan, dans le nord-ouest du pays. Les femmes n'ont plus le droit de pédaler dans cette ville du Kurdistan. Cinq Iraniennes ont même été arrêtées en juillet dernier pour avoir bravé cette interdiction.

Des milliers d'hommes et femmes avaient manifesté, vélo en main, pour dénoncer cette mesure. L'imam leur avait répondu que les femmes à vélo était "une pratique contraire à l'islam". Le gouverneur de la ville avait déclaré n'avoir "aucun problème avec le fait que des femmes roulent à vélo" et avait proposé une solution: 

"Nous devons leur réserver un espace dédié à cette pratique. Pour leur propre sécurité, nous allons donc trouver un site où elles peuvent faire du vélo."

Un parc, entouré d'une paroi, réservé aux femmes une journée par semaine.

C.H.A.