BFMTV

Elections en Iran : conservateurs ou ultra-conservateurs ?

-

- - -

C’est le premier scrutin depuis la réélection controversée du président Ahmadinedjad en 2009. Cette élection qui avait entraîné des manifestations dans tout le pays. Les Iraniens renouvellent leur parlement.

Trois ans après la crise politique le constat est alarmant : l’opposition aux conservateurs est aujourd’hui inexistante.

Les Iraniens manqueraient d’enthousiasme. C’est la crainte du régime pour ces élections législatives qui a multiplié les appels à voter. Il faut dire que l’enjeu de ce scrutin est plutôt mince. Entre conservateurs et conservateurs, les Iraniens ne semblent pas pressés de faire un choix.

Pas de surprise donc dans cette élection. Tous les candidats ont été pré-approuvés par le pouvoir religieux et les réformateurs ont décidé boycotter le scrutin, pour protester contre la répression du régime. Depuis la réélection du président Mahmoud Ahmadinejad en 2009, le gouvernement a écrasé tout élan réformateur, à coup d’arrestations et d’emprisonnements.

Seule question en suspens, l’avenir politique du président Ahmadinejad ? Il n’est pas candidat mais c’est bien son bilan politique qui en jeu. Lui qui a osé s’opposer au guide suprême, l’ayatollah Khamenei. Deux courants s’affrontent donc dans cette élection, ceux qui souhaitent réassurer le président et ce qui veulent sanctionner son outrecuidance.