BFMTV

A Bagdad, les chrétiens d'Irak craignent pour leur avenir

Imad Gabaret est assyrien, l'une des communautés de chrétiens en Irak.

Imad Gabaret est assyrien, l'une des communautés de chrétiens en Irak. - BFMTV

REPORTAGE BFMTV - Depuis dix ans, les chrétiens d'Irak fuient leur pays. Guerre civile, persécutions et maintenant terrorisme, les rares qui sont restés craignent pour leur avenir et vivent leur foi sous haute sécurité. BFMTV est allé à leur rencontre.

Imad Gabaret vit à Bagdad avec sa mère, son épouse et ses trois fils. Il est assyrien, l'une des nombreuses communautés de chrétiens en IrakIl nous montre un poster sur le mur de sa cuisine: "Vous voyez cette créature a un corps de taureau, ça symbolise la force et des ailes d'aigle car c'est le rapace le plus puissant. C'est notre symbole. Ça représente la force de l'empire assyrien."

En quelques années, la quasi-totalité de sa famille a quitté le pays. Lui a bien tenté sa chance en Suède mais sa demande d'asile a été rejetée. Sur six frères et sœurs, ils ne sont plus que deux en Irak.

"C'est très triste. On n'a plus personne avec qui vivre et partager les jours de fête. C'est très déprimant pour tout le monde. Moi, je me sens très seul. Et tout ça, c'est à cause de l'insécurité en Irak", déplore Imad.

Les églises sous surveillance

Pour éviter les attentats, toutes les églises de Bagdad sont sous surveillance. Mais dans la paroisse Saint-Odisho, 80% des fidèles ont disparu en douze ans et les plus jeunes s'interrogent.

"Tout dépendra du niveau de souffrance dans lequel on va vivre. Si ça continue comme ça, oui je vais sûrement partir. Car nous tout ce qu'on veut c'est un meilleur avenir. Or, là, le futur est incertain", explique David.

Se sentant menacés ou simplement inquiets pour leur avenir, de plus en plus de chrétiens d'Irak ont perdu foi en leur pays. Ils étaient plus d'1,5 millions avant l'intervention américaine de 2003, ils seraient 500.000 aujourd'hui. 

K. L. avec Julia Delage et Antoine Bonnetier