BFMTV

Arabie saoudite: une femme se filme en mini-jupe et défraie la chronique

La jeune femme s'est affichée en mini-jupe dans les ruelles d'une cité historique saoudienne.

La jeune femme s'est affichée en mini-jupe dans les ruelles d'une cité historique saoudienne. - Capture d'écran ; montage BFMTV.com

Une anonyme défraie la chronique, en Arabie saoudite, après être apparue en mini-jupe et nombril à l'air sur le réseau social Snapchat.

Elle a fait l'impensable en Arabie saoudite. Une femme se retrouve au centre d'un vif débat dans ce pays ultra-conservateur du Moyen-Orient, après que soit postée dimanche sur Snapchat une vidéo de quelques secondes la montrant en mini-jupe, nombril à l'air, et la tête découverte, une tenue purement et simplement bannie dans le royaume wahhabite, rapporte le Washington Post.

En mini-jupe dans une cité historique

La séquence a été filmée près du site d'Ushaiger, dans le désert, à environ 200 kilomètres au nord-ouest de la capitale, Riyad. La jeune femme se promène l'air de rien dans les rues de cette cité historique, dans sa tenue interdite.

Voulait-elle dénoncer la condition des femmes dans le pays? Ou bien ignorait-elle les lois en vigueur? Les questions restent en suspens, l'intéressée ne s'étant pas manifestée ou exprimée, et n'étant, pour l'heure, pas identifiée. 

Une démarche risquée

Dans de très nombreux pays du monde, l'image paraîtrait insignifiante. Mais en s'affichant vêtue de la sorte en Arabie saoudite, cette jeune femme, dont on ignore si elle est une Saoudienne ou une étrangère, prend un risque considérable, les autorités exigeant que les femmes couvrent en intégralité leur corps d'un grand voile noir, l'abaya, dans l'espace public. Leur tête doit également toujours être couverte. 

En cas de non respect de cette règle ultra-rigoriste édictée par la loi islamique, une femme peut être rappelée à l'ordre par la police religieuse, parfois pour une simple mèche de cheveux ou un petit bout de peau apparent.

Les internautes divisés

Selon le Washington Post, des responsables locaux ont demandé l'ouverture d'une enquête, tandis que des internautes saoudiens ont suggéré que cette femme soit arrêtée, et exigé d'elle qu'elle respecte les lois saoudiennes.

A l'inverse, d'autres ont témoigné leur soutien à la mystérieuse jeune femme, en saluant son courage. Un parallèle a même été fait avec la tenue que portait Melania Trump lors sa venue en Arabie saoudite, en mai dernier - une robe longueur genou, dévoilant l'intégralité de ses mollets, et la tête non couverte - pour faire remarquer que les mêmes exigences ne s'appliquent visiblement pas aux épouses de dirigeants étrangers. 

La jeune femme risque en tout cas d'être rapidement retrouvée et sanctionnée. 

La police de Ryad a indiqué avoir commencé à interroger la jeune femme mardi. Elle doit être transférée devant un représentant de la justice qui décidera, selon la même source, de la détenir ou de la libérer et d'engager ou non des poursuites contre elle.

Adrienne Sigel