BFMTV

Législatives en Tunisie: Ennahda reconnaît la victoire des laïcs

Le secrétaire général de  Nidaa Tounès, Taïeb Baccouche, donnant une conférence de presse le 26 octobre à Tunis

Le secrétaire général de Nidaa Tounès, Taïeb Baccouche, donnant une conférence de presse le 26 octobre à Tunis - Fethi Belaïd - AFP

Le principal parti laïc Nidaa Tounès serait en tête des élections, devant Ennahda. Un cadre de ce parti islamiste modéré demande déjà un "gouvernement d'unité nationale".

Une lueur d'espoir dans une région tourmentée: le principal parti laïque Nidaa Tounès, est arrivé en tête des élections législatives organisées dimanche en Tunisie, selon les premières estimations, plaçant en deuxième position les islamistes d'Ennahda.

10 sièges d'écart environ

"Nous avons des estimations qui ne sont pas encore définitives. Ils (Nidaa Tounès, ndlr) sont en avance de plus ou moins une douzaine de sièges. Nous aurions environ 70 sièges et eux environ 80" sur les 217 à pourvoir, a déclaré Zied Laadhari, ajoutant que ces chiffres étaient basés sur des données d'observateurs d'Ennahda présents au dépouillement dans les bureaux de vote.

"Même si les résultats ne sont pas tous parvenus, Nidaa est devant notre mouvement", a confié un responsable d'Ennahda au Parisien. Selon la même source, le parti actuellement à la tête du pays demanderait déjà "un gouvernement d'unité nationale".

"Des indicateurs positifs"

"Nous avons des indicateurs positifs selon lesquels Nidaa Tounès pourrait être en tête", avait annoncé plus tôt le président de ce parti, Beji Caïd Essebsi, à la presse.

"Nous ne pouvons parler des résultats de ces élections qu'une fois qu'ils seront annoncés officiellement, mais il y a des indicateurs positifs dont nous prenons note avec satisfaction et fierté", avait-t-il encore ajouté.

"Rien n'est définitif"

Le secrétaire général du parti, Taïeb Baccouche, a de son côté évoqué un "écart respectable" avec Ennahda, tout en précisant que "rien n'est définitif".

Ennahda et Nidaa Tounès sont les grands favoris des législatives de dimanche, dont les résultats partiels doivent être annoncés au plus tôt lundi par l'instance organisant les élections (ISIE).

Si ces résultats se confirment, ce sera un revers pour Ennahda, qui avait remporté davantage de sièges en 2011 lors de la première élection libre organisée depuis la chute de Zine ben Ali.

H.F. et J.S avec agences