BFMTV

Le Panama rompt avec Taïwan, établit des relations avec la Chine

Un navire au canal de Panama le 24 mai 2017

Un navire au canal de Panama le 24 mai 2017 - RODRIGO ARANGUA, AFP/Archives

Le Panama a annoncé avoir rompu ses relations diplomatiques avec Taïwan pour en établir avec la Chine. Le pays d'Amérique centrale et Pékin, entretenaient jusqu'alors uniquement des relations commerciales.

Pour le Panama, il n'existe qu'une seule Chine. Le pays a décidé de rompre ses relations diplomatiques avec Taïwan et d'établir des relations diplomatiques avec la Chine, ont annoncé Panama et Pékin dans un communiqué commun.

"A la lumière des intérêts et du désir des deux peuples, la République de Panama et la République populaire de Chine décident, à partir de la date de signature de ce communiqué, de s'accorder la reconnaissance mutuelle et d'établir des relations diplomatiques au niveau des ambassadeurs", indique le communiqué publié lundi à Panama.

Le gouvernement de Panama "reconnaît qu'il n'existe qu'une seule Chine" et que "Taïwan forme une partie inaliénable du territoire chinois. Panama rompt aujourd'hui même ses relations diplomatiques" avec Taïwan "et s'engage à cesser toute relation ou tout contact officiel avec Taïwan", souligne le document.

Simultanément, le président panaméen Juan Carlos Varela a annoncé "au pays et au monde", dans un message à la nation, que "le Panama et la République populaire de Chine établissent aujourd'hui des relations diplomatiques".

Investissements chinois

La vice-présidente et ministre des Affaires étrangères du Panama, Isabel de Saint Malo, se trouve à Pékin aux côtés de son homologue chinois pour formaliser le début de ces relations, a indiqué Juan Carlos Varela.

Jusqu'à ce jour, Panama avait des relations diplomatiques avec Taïwan et des relations commerciales avec la Chine. La Chine est le second plus important utilisateur du canal de Panama après les Etats-Unis. L'an passé, la Chine a fait transiter par ce passage inter-océanique quelque 38 millions de tonnes de marchandises, soit 18,9% du trafic.

Cette annonce survient une semaine après le début de la construction par Pékin d'un port de conteneurs, avec des installations de gaz naturel, dans la province de Colon, dans le nord du Panama.

Après la décision de rupture du Panama, Taïwan, considéré par Pékin comme une province rebelle, reste reconnu par 20 pays. En Amérique centrale, tous les pays reconnaissaient Taïwan jusqu'à ce que le Costa Rica rompe en 2010 ses relations diplomatiques avec l'île, comme le Panama vient de le faire.

Une relation débutée il y a plus de 160 ans

"Taïwan a été un grand ami du Panama et nous lui sommes très reconnaissants pour son amitié et sa coopération pour le développement de notre pays pendant que nous avions des relations diplomatiques", a déclaré le président Varela dans son allocution.

La relation entre la Chine et le Panama a commencé il y a plus de 160 ans, lorsqu'un premier groupe de travailleurs chinois est arrivé dans le pays pour travailler sur le chemin de fer qui allait relier ses côtes, de l'océan Pacifique à la mer des Caraïbes.

Le 26 juin 2015, c'était un navire chinois qui avait été le premier à parcourir le canal de Panama élargi. La Chine est par ailleurs le premier fournisseur de marchandises de la zone franche de Colon, l'une des plus grandes d'Amérique latine.

Des projets d'accords étudiés

Des multinationales et des entreprises chinoises actives dans de nombreux domaines, banque, énergie, logistique, télécommunications et technologies se sont établies ces dernières années au Panama.

"La République populaire de Chine a toujours joué un rôle important dans l'économie du Panama", a relevé le président Varela. Il a annoncé que des projets d'accords avec la Chine allaient être étudiés notamment dans le tourisme, le commerce, l'agriculture, les migrations, la culture et l'éducation.

"Nous avons pris aujourd'hui une mesure historique" qui "bénéficiera à nos nations et aux générations présentes et futures", a encore déclaré le président panaméen, soulignant l'importance du rôle de la Chine au niveau régional et mondial.

G.D. avec AFP