BFMTV

La principale ville du Karabakh a été "frappée" par l'Azerbaïdjan, annonce l'Arménie

Des forces armées du  Nagorny Karabakh à Madaghis, en Azerbaïdjan, le 6 avril 2016

Des forces armées du Nagorny Karabakh à Madaghis, en Azerbaïdjan, le 6 avril 2016 - KAREN MINASYAN / AFP

Une série d'explosions a eu lieu ce vendredi matin à Stepanakert, au sixième jour des combats entre les forces azerbaïdjanaises et l'armée séparatiste du Nagorny Karabakh soutenue par l'Arménie.

La principale ville du territoire séparatiste du Nagorny Karabakh, Stepanakert, a été "frappée" ce vendredi par les forces azerbaïdjanaises, a indiqué le ministère arménien de la Défense, faisant état de "nombreux blessés".

"Il y a de nombreux blessés au sein de la population civile, l'infrastructure civile est endommagée", a indiqué sur sa page Facebook un représentant du ministère, Artsroun Ovannissian, sans plus de précisions sur la nature des frappes et des dégâts.

190 morts recensés depuis le début des combats

Sur place à Stepanakert, des journalistes de l'AFP ont entendu une explosion vers 10 heures GMT, suivie de plusieurs sirènes d'ambulances. Plusieurs autres explosions ont été entendues ces dernières heures, les sirènes d'alerte à la bombe ont retenti à une reprise et les habitants ont dû se mettre à l'abri dans la nuit.

Les combats entre Arméniens et Azerbaïdjanais sur le front du Nagorny Karabakh faisaient rage ce vendredi pour le sixième jour d'affilée, les deux camps s'accusant d'avoir provoqué les hostilités.

Selon les bilans très partiels communiqués depuis dimanche, 190 personnes sont mortes: 158 soldats séparatistes, 13 civils arméniens, et 19 civils azerbaïdjanais. Bakou n'a toujours pas communiqué de pertes militaires. Mais le bilan pourrait être bien plus lourd, l'Arménie affirmant que 1280 soldats azerbaïdjanais sont morts, quand Bakou assure avoir tué au moins 1900 militaires adverses.

Mélanie Rostagnat Journaliste BFMTV